«
»

Top

Un graff contre les voleurs de places de stationnement

12 janv. 2016 • 7 commentaires

Un graff contre les voleurs de places de stationnement
Un automobiliste se gare dans une petite rue de Marseille. Sur un stationnement réservé aux personnes handicapées alors qu’il ne possède pas la carte européenne de stationnement l’y autorisant. À peine est-il sorti de la voiture qu’un message en grandes lettres blanches baveuses, façon graff, s’affiche sur le mur : « L’incivilité est-elle un handicap ? »
 
« Du street art civique. »

Cette opération de sensibilisation est l’œuvre de Philippe Echaroux, un photographe marseillais qui adore également faire de la rue son terrain de jeu. « J’aime bien l’idée du street art qui fait réfléchir indirectement. Comme du street art civique en somme. Un peu rebelle sans accuser », explique-t-il dans La Provence. Il a gardé la trace de cette action éphémère dans une courte vidéo.
 
Philippe Echaroux avait également réalisé une série de portraits de personnes handicapées intitulée Life is beautiful. La vie est belle, en français. Une autre manière d’aborder le handicap. Franck Seuret

Faireface.fr

Commentaires

scoobidoo
le 12/01/2016

Merci Julien,

J'ai adoré, si on pouvait faire tourner L'opération un peu partout, de manière aléatoire, que les gens se demandent si ça ne va pas tomber sur eux et se garer plus loin.

Francine

le 12/01/2016

Super, merci.

lys222
le 12/01/2016

.

le 12/01/2016

petard genial la video malheur aux personnes qui abuse avec la carte des autres (famille)généralement sans la personne concerné!!!des abus carrément avec des comportements effrontées et provocateurs et racialde surcroit.

le 12/01/2016

Bonsoir,

Il en va de même des places de stationnement des véhicules comme des places réservées dans les transports en commun.

Je ne résiste pas à vous livrer une anecdote concernant mon père, ancien cheminot,  grand handicapé et mutilé du travail  à la suite d’un accident de chemin de fer avec un bras et une jambe amputés par des roues de wagon lors d’une manœuvre d’accrochage.

Je devais avoir dans les 10 ans, il y a plus de cinquante ans, lui avait 60 ans, nous avions pris le train ensemble pour faire un de ses voyages d’agrément dont il avait le secret et que j’adorais pour son érudition tout au long du parcours.

Il voyageait gratuitement et nous avec comme accompagnant et excusez du peu, en première classe, en raison de son handicap professionnel, avantage accordé par la SNCF en dédommagement de son accident.

Le train était bondé, tous les compartiments étaient pleins de voyageurs endimanchés et dans le compartiment ou nous avions entré la place réservée aux handicapés étaient prise par un monsieur plus jeune que lui d’environ une vingtaine d’années et de bonne apparence.

Il lui demanda, comme à l’habitude dans ce cas souvent rencontré, poliment mais fermement de bien vouloir lui donner cette place qui lui revenait de droit en montrant ses prothèses, le voyageur assis refusa catégoriquement mais poliment, mon père réitéra sa demande avec encore plus de fermeté, toujours pas de réaction du voyageur récalcitrant, mon père le somma de bien vouloir lui céder cette place sous la menace d’arrêter le train en pleine rase campagne pour mise en danger d’autrui par perte d’équilibre, il n’obtint qu’un refus d’obtempérer.

Je vois alors mon père bondir sur le signal d’alarme du compartiment et dans un grand crissement de roues sur les rails, le train s’arrêta dans la campagne en projetant les voyageurs les uns sur les autres.

Le contrôleur arriva rapidement dans le compartiment , mon père se présenta à lui spontanément et lui résuma la situation en lui présentant sa carte SNCF de mutilé et ses prothèses de bras et de jambe, l’agent SNCF lui demanda les circonstances de son accident et se tournant vers le voyageurs récalcitrant lui intima de bien vouloir céder cette place tout en sortant son carnet de procès verbaux et lui colla une amende au montant très élevé pour l’époque, en maugréant le voyageur s’exécuta et paya son amende, le train redémarra et notre voyage s’agrémenta d’une bonne histoire à raconter à nos proches.

Jolepotager

Vous aimerez aussi

Dépression sévère : qu’est-ce que la sismothérapie ?

Dépression sévère : qu’est-ce que la sismothérapie ?

Lire l'article
Gluten : allergie, intolérance ou sensibilité au gluten ?

Gluten : allergie, intolérance ou sensibilité au gluten ?

Lire l'article
Maladie de Castleman - Où en est la recherche ?

Maladie de Castleman

Maladie de Castleman - Où en est la recherche ?

Lire l'article
Toutes les questions que vous vous posiez sur la Covid-19 !

Toutes les questions que vous vous posiez sur la Covid-19 !

Lire l'article