«
»

Top

Un bébé conçu en 1992 est né en 2017

22 déc. 2017 • 1 commentaire

Un bébé conçu en 1992 est né en 2017

L’embryon dont est issue la petite fille a été congelé en 1992, soit près d’un quart de siècle avant sa naissance.

bebe-nouveau-ne

Une Américaine de 26 ans a donné naissance à une petite fille issue d’un embryon congelé pendant près d’un quart de siècle. L’embryon avait été conçu par un autre couple et congelé le 14 octobre 1992. La petite fille, prénommée Emma, est née en bonne santé le 25 novembre 2017.

Selon l’association National Embryo Donation Center (NEDC), une organisation chrétienne non-lucrative qui a réalisé le transfert, il pourrait s’agir du record mondial de la plus longue période pendant laquelle un embryon a été congelé avant d’être transféré à une femme. Un précédent record serait celui d’un garçon né à New York en 2011 d’un embryon congelé durant vingt ans. En France, la durée de conservation des embryons congelés est limitée à cinq ans.

À l’origine, les parents d’Emma, un jeune couple originaire du Tennessee (États-Unis), ne pouvaient pas avoir d’enfant. Ils ont donc fait appel au NEDC. Cette organisation installée au Tennessee propose de réaliser des transferts d’embryons à des couples remplissant certains critères, comme le fait d’être mariés depuis au moins trois ans.

C’est dans ce centre que l’embryon congelé vingt-quatre ans plus tôt a été transféré dans l’utérus de la mère d’Emma. La jeune femme a expliqué avoir seulement appris de la part des docteurs une fois enceinte que l’embryon avait été congelé quelques mois après sa propre naissance.

Lorsqu’un couple réalise une fécondation in vitro, les stimulations hormonales favorisent la production d’un grand nombre d’ovocytes (cellules reproductrices féminines). La mise en contact de ces ovocytes avec les spermatozoïdes va donc aboutir à plusieurs fécondations, et donc plusieurs embryons. Selon leur état, ceux qui ne seront pas été transférés dans l’utérus de la femme sont alors congelés. A noter que "la durée de conservation n’altère pas les chances de développement des embryons congelés dans la mesure où les conditions de conservation ont été respectées", comme l’indique l’Agence de la biomédecine.

Le don d'embryon confidentiel en France

En France, le couple géniteur se prononce chaque année sur le devenir de ces embryons congelés. Ils peuvent choisir de les conserver en vue d’un prochain transfert. Lorsque le couple ne souhaite plus avoir d’autres enfants, il peut décider de donner les embryons congelés à des fins de recherche ou à un autre couple ayant un projet parental. Cette dernière possibilité est celle choisie il y a vingt-quatre ans par les parents biologiques d’Emma.

En France, le don d’embryon n’a été mis en place que récemment : la première naissance d’un enfant issu d’un don a eu lieu en 2004. Elle reste assez peu pratiquée. En 2015, seuls 27 enfants ont été conçus par dons d’embryons. Cette procédure très lourde fait notamment intervenir le président du tribunal de grande instance à qui sont adressés les consentements écrits des couples. C’est le juge qui donne son accord ou non à l’accueil d’embryon.

Le don d’embryon répond aux principes de gratuité, d’anonymat et de volontariat. En France, un couple qui souhaite recevoir un embryon doit répondre à l’un des quatre critères définit par la loi: double stérilité définitive, double indication génétique (existence d’une affection génétique chez les deux membres du couple), associer une stérilité définitive à une indication génétique ou être touché par une double stérilité relative.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Le Figaro Santé

Commentaires

le 22/12/2017

C est contraignant et éventuellement risqué de faire un don d'ovocytes pour une femme. Alors qu'il existe des embryons congelés sur-numéraires après des FIV.

En 2002, je n'ai pas pu donné ces embryons pour la recherche. C'est possible désormais.

Les dons de ces embryons à d'autres couples me semble plus simple, moins coûteux - avec l'accord des 4 parents. Le risque de co-sanguinité est infime.

Vous aimerez aussi

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lupus
Polyarthrite rhumatoïde

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lire l'article
Coronavirus et hypertension artérielle

Hypertension artérielle

Coronavirus et hypertension artérielle

Lire l'article
Coronavirus et cancer

Coronavirus et cancer

Lire l'article
Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Lire l'article