«
»

Top

Santé : le pilotage des dépenses se tend

27 mai 2015 • 10 commentaires

Santé : le pilotage des dépenses se tend
Pas d'alerte à court terme sur le respect de l'objectif 2015 de dépenses d'assurance-maladie. Mais le comité d'alerte souligne la nécessité de piloter les dépenses au plus près.

Le respect des objectifs de dépenses d'assurance-maladie va devenir de plus en plus compliqué. En avril, 425 millions d'euros ont été retranchés du budget 2015 de l'Assurance-maladie, lorsque le gouvernement a donné un nouveau tour de vis à la progression de l'objectif national des dépenses (l'Ondam), revu de + 2,1 % à + 2,05 % (soit 0,35 point de moins qu'en 2014). Ce qui implique au total 3,2 milliards d'économies par rapport à la croissance naturelle des coûts. L'objectif de dépenses est désormais fixé à 181,9 milliards.

La marge de manœuvre pour exécuter le budget se réduit. C'est ce que souligne le comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance-maladie, dans un avis rendu public mardi. « L'Ondam, tel qu'il a été voté en loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015, devrait pouvoir être respecté », mais « assurer le respect de l'Ondam voté, et à plus forte raison de l'Ondam revu à la baisse suite au programme de stabilité, impose de renforcer le pilotage des dépenses », prévient cette instance indépendante.

Ce qui inquiète le comité, à court terme, ce ne sont pas les dérapages du prix des médicaments contre l'hépatite C. En 2014, deux laboratoires ont procédé à 600 millions de remises sur le tarif de vente de leur molécule. Cela a permis de ramener la totalité des dépenses de l'année à 177,9 milliards, soit 400 millions de moins par rapport à la prévision d'octobre. L'ennui, c'est plutôt la quasi-disparition du « matelas » de sécurité permettant de garantir l'atteinte de l'objectif. « Contrairement aux années précédentes, l'exécution 2015 ne bénéficie d'aucun effet de base favorable », souligne le comité. Les efforts réalisés sur les soins de ville ont été contrebalancés par le coût de l'hépatite C. Ceux sur l'hôpital doivent beaucoup à l'annulation de crédits mis en réserve.

Résultat, le stock de crédits gelés n'est plus que de 372 millions, soit 0,2 % de l'Ondam, « un montant faible pour faire face aux aléas inévitables de la gestion 2015 ». Or, les rémunérations forfaitaires des médecins montent en puissance, les charges d'indemnités journalières atteignent des sommets (malgré une baisse, encore non significative, en avril), et le coût des dispositifs médicaux galope. En cas de risque sérieux de dérapage, le rôle du comité est de donner l'alerte, un mécanisme qui obligerait le gouvernement à présenter des mesures de redressement. Ce n'est pas d'actualité pour l'heure, mais la situation sera scrutée de près dans les prochains mois

LesEchos.fr

Commentaires

le 28/05/2015

Espérons qu'aucune épidémie particulière ne montre le bout de son nez...

le 28/05/2015

pfff et après on veut faire reconnaître le burb-out comme maladie professionnelle 

le 28/05/2015

Eh ouais, Le Sage, cela sent encore les augmentations de cotisations, le gel des pensions en ts genre et le déremboursement à plein nez !! On va y arriver à grand pas à une assistance à deux vitesses !! l'écart se creuse de plus en plus !!

le 28/05/2015

bah ouai !!!!

malheureusement ce sont tjrs  les mêmes qui trinquent, pas les hauts gradés ni les fraudeurs qui EUX coûtent très chers

le 30/05/2015

Et oui 

Vous aimerez aussi

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Lire l'article
Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Lire l'article
Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Cancer de l'ovaire

Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité
Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article