«
»

Top

Les allergies aux pollens sont de retour

18 mars 2015 • 7 commentaires

Les allergies aux pollens sont de retour
Le bassin méditerranéen est en alerte rouge aux pollens de cyprès, et d'autres essences entament leur progression sur l'ensemble du territoire.

Les cyprès font éternuer la Côte d'Azur, les pollens de peupliers progressent dans le Sud-ouest, près de la Méditerranée et dans la Vallée du Rhône, ceux des frênes atteignent déjà l'ouest et le bassin parisien, l'aulne est partout tandis que le noisetier s'essouffle. C'est officiel: la saison des pollens, tant redoutée par les allergiques, est ouverte.

Pour se protéger contre les divers symptômes (rhinite, asthme, conjonctivite), il est primordial d'anticiper les agressions, rappelle l'association Asthme et allergies à l'occasion de la journée française des allergies, qu'elle organise ce mardi. Divers outils permettent désormais de se tenir au courant de la «météo» des pollens: le site du Réseau national de surveillance aérobiologique propose une carte de France détaillée, actualisée chaque semaine et plusieurs laboratoires pharmaceutiques ont mis au point des applications pédagogiques pour gérer son allergie (I-Pollen d'Urgo, Arbrallergik d'ALK, Alertes pollens de Stallergenes).

Une personne sur deux en 2050

Nous sommes de plus en plus nombreux à être concernés par ce que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère comme un enjeu majeur de santé publique. Les allergies aux pollens augmentent, tout comme les réactions à d'autres substances: aliments (lait de vache, œufs, arachide, crustacés…), poils d'animaux, poussière, acariens, matériaux... Un article scientifique paru en 2007 prévoyait qu'une personne sur deux aurait déclaré une allergie en 2050. Dans certains pays du monde, c'est déjà le cas pour 40% de la population, selon l'OMS. La progression de cette maladie protéiforme est particulièrement importante chez les enfants.

Les allergies ont indéniablement une dimension héréditaire, puisqu'un enfant dont les parents sont allergiques voit sa probabilité d'être allergique à son tour doublée. Mais l'environnement dans lequel un individu grandit est aussi déterminant pour modifier l'expression de notre patrimoine génétique (c'est ce qu'on appelle l'épigénétique). La pollution aérienne de nos habitations, assortie d'une température et d'une hygrométrie élevées, le tabagisme, même passif, l'industrialisation de l'alimentation qui expose à de nombreux additifs, comptent parmi les facteurs favorisant l'allergie.

Le Figaro santé

Commentaires

le 24/03/2015

 j'avais dit...mais voilà ...

pour les pollens en général...

pollens 15 CH 1 fois par semaine...surtout lorsque vous sortez et qu'i fait beau...s'il pleut ou restez chez vous pas le besoin...si votre voisin tond son gazon...impératif...(prendre un tube granules == 10 granules matin midi et soir...!)

si pbs respiratoires  === poumon histamine 15 CH  tous les soirs 5 gles

si vous avez la chance de connaître votre adversaire....faire faire un tube de granules de ...graminées...ou de votre "élu"...

courage car c'est une période xxx difficile...surtout pour nos jeunes qui...passent des examens...

libération d'histamine === grosse fatigue !!! sinon oui j'assume ...cortisone plutôt que de rater..son bac !! 

le 24/03/2015

bonjour je suis allergiques à toutes poussières .pas trop la flore.certaines odeurs aussi.cela m'etouffe et je déclanche des crises d'asthme.

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Lire l'article
Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article