«
»

Top

Le top 10 des médicaments les plus prescrits en officine et à l’hôpital

20 oct. 2015 • 1 commentaire

Le top 10 des médicaments les plus prescrits en officine et à l’hôpital

Selon l’Assurance maladie, les remboursements de médicaments délivrés en officine et en rétrocession hospitalière ont enregistré une hausse de +3,8% en 2014, représentant 23 Mds € contre 22,1 Mds € en 2013.


Alors que les dépenses de médicaments s’étaient stabilisées en 2011 et avaient reculé en 2012 comme en 2013, l’année 2014 marque un retour à la croissance de ces dernières (+3,8%). Selon la Cnamts, il s’agit d’une « année de rupture » qui ne témoigne cependant pas d’une dérive de la prescription. En effet, cette croissance résulte exclusivement de l’arrivée sur le marché de nouveaux produits innovants dans le traitement de l’hépatite C (Sovaldi®, Daklinza®…)., « dont l’impact financier majeur explique cette inversion de tendance. »

Les 10 premiers médicaments remboursés totalisent 2,65 Mds € de remboursements. Ce résultat évolue légèrement à la baisse depuis 2013 (2,80 Mds €). De manière globale, le classement des 5 premiers médicaments remboursés en 2014 est assez similaire à celui des deux années précédentes, avec des montants remboursés qui diffèrent néanmoins.
C’est l’Humira®, un anti-rhumatismal, qui est désormais le 1er médicament de ville remboursé avec 395 M€ de dépenses (2ème rang l’année précédente).

Lucentis®, 1er médicament de ville remboursé en 2013, passe désormais au 4ème rang en 2014 (318.2 M€). C’est la plus forte baisse des remboursements en 2014. Médicament indiqué dans la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), il a vu son prix baisser de manière importante, en 5 étapes (juillet 2012, février 2013, mai 2014, juillet 2014 et avril 2015). En outre, l’arrivée sur le marché en novembre 2013 d’Eylea® a également joué un rôle majeur dans la baisse des montants remboursés pour cette molécule (report des prescriptions).
Doliprane (3ème rang) enregistre une nouvelle hausse de ses dépenses (320,9 M€ contre 295,4 M€ en 2013). Le principal facteur explicatif de cette dynamique est le contexte épidémique hivernal, particulièrement virulent en 2014.


En ce qui concerne les médicaments prescrits dans le cadre de la rétrocession hospitalière, les 10 premiers médicaments remboursés totalisent 1,50 mds € de remboursements.


L’année 2014 est singulière car très fortement marquée par l’arrivée sur le marché de nouveaux produits innovants dans le traitement de l’hépatite C. Ceux-ci impactent les dépenses au travers des différents mécanismes de prise en charge. Ainsi, les dépenses liées aux traitements hépatiques sont de 514 M€ (soit +503 M€ en 2014 par rapport à 2013). Les dépenses liées à la prise en charge en ATU s’élèvent à 483 M€ (soit 378 M€ de plus par rapport à 2013). La prise en charge dérogatoire de la pharmacie hospitalière génère, quant à elle, 123 M€ de dépenses en 2014 (soit 103 M€ en plus par rapport à 2013).


Par conséquent, les premiers produits en termes de hausse des dépenses rétrocédées (hors ATU et prise en charge dérogatoire de la pharmacie hospitalière) sont Sovaldi® (Sofosbuvir, +334 M€ en 2014), Daklinza® (Daclatasvir, +114 M€) et Olysio® (Siméprévir, +61M€).

Mypharma-editions.com

Commentaires

le 20/10/2015

Waw merci pour cet article @pseudo-masqué ... Au debut j'ai été étonné par rapport à ce qui ce passe chez nous (Algerie) par rapport au rupture, au prix ainsi que le taut de remboursement ... Mais je me suis dite que c'est sûrement ça ne concerne que mon pays vu la crise économique et l'abaissement du prix du petrol ou je ne sais quoi ( ça reste politique ) mais ce que je vois la que c'est pareil pour vous ! Mais ça reste que la question à poser pour quoi tout cela et le malade ou est il dans tout cet affaire ??? Chez nous ça devient vraiment insupportable let les problème de rupture et de prix ne touche comme par magie que les médicaments pour les Chroniques.  Franchement ces derniers temps je n'arrive même pas à gérer l'officine la ou je bosse à cause de tout cela . .. 

En grandes pensé aussi au non assurés 

Vous aimerez aussi

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lupus
Polyarthrite rhumatoïde

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lire l'article
Coronavirus et hypertension artérielle

Hypertension artérielle

Coronavirus et hypertension artérielle

Lire l'article
Coronavirus et cancer

Coronavirus et cancer

Lire l'article
Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Lire l'article