«
»

Top

L’Avastin, le coup de force du gouvernement pour faire des économies

27 août 2015 • 15 commentaires

L’Avastin, le coup de force du gouvernement pour faire des économies
La partie semble bel et bien perdue pour le laboratoire pharmaceutique Roche. Le ministère de la santé a autorisé jeudi 27 août, par un arrêté, le remboursement de l’Avastin dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une maladie dégénérative de la rétine. Or le géant suisse conteste cette utilisation, arguant que l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de sa molécule – comme anticancéreux – ne permet pas cet usage et qu’il existe d’autres médicaments pour traiter la DMLA.
 
Parmi eux, le Lucentis, un autre produit mis au point par Roche, mais commercialisé en Europe par un autre laboratoire, le suisse Novartis. Son principe actif, qui doit être injecté dans l’œil du patient, est très proche de celui de l’Avastin, mais bien plus cher.
 
Premier poste de dépense de l’Assurance maladie
 
En France, où la DMLA concerne environ 900 000 personnes, le Lucentis représente le premier poste de dépense de l’Assurance maladie avec 428 millions d’euros remboursés en 2013. Avec ce passage en force, les autorités sanitaires espèrent réduire significativement la facture. Selon l’arrêté, l’injection d’Avastin sera facturée 10 euros, soit presque 80 fois moins que celle de Lucentis.
L’économie est pour l’heure difficile à estimer. « Tout dépendra du niveau de recours à l’Avastin, il faudra attendre les premiers éléments de suivi de la RTU pour faire des projections fiables », souligne le ministère de la santé. « Le médecin conserve sa liberté de prescription et le patient doit donner son accord en cas d’utilisation d’Avastin ».
 
Paradoxalement, les hôpitaux chargés de reconditionner l’Avastin pour son utilisation ophtalmologique auront du mal à assurer la sous-traitance pour les établissements non équipés pour ce type de manipulation. « Le tarif de 10 euros est financièrement intenable, regrette François Chast, chef du service de pharmacie clinique des hôpitaux universitaires Paris-Centre. Nous avions prévu de facturer l’injection à 78 euros. »
 
Les médecins pourront commencer à prescrire l’Avastin à la place du Lucentis à partir du 1er septembre, date de l’entrée en vigueur d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU). Ce dispositif permet depuis 2011 d’encadrer des prescriptions non conformes à l’AMM pour traiter des patients lorsqu’il n’existe pas d’alternative thérapeutique. En décembre dernier, le gouvernement a modifié la loi qui l’autorise pour y ajouter un motif économique.

LeMonde.fr

Commentaires

le 28/08/2015

Je suppose qu'après tout ça, les laboratoires Roche ne pourront pas être tenus pour responsables si l'usage de ce médicament contre la DMLA tourne mal. C'est quand même surprenant qu'un médicament prévu pour lutter contre le cancer se révèle très efficace contre la dégénérescence maculaire. On a une explication ?

le 28/08/2015

Bonjour,

Novartis et Roche, c'est blanc bonnet et bonnet blanc. Il est évident qu'ils ont intérêt à vendre un produit plus cher. Il semble que l’Avastin soit prescrit dans bien d'autres pays pour la DMLA, il y a donc du recul.

Quoi qu'il en soit, j'ai bien des doutes quant à l'efficacité du Lucentis, il n'a pas empêché mon beau-père de devenir pratiquement aveugle après des mois de traitement. Je connais d'autres personnes dans la même situation que lui.

Souvent, quand on commence à avoir des problèmes, le temps d'obtenir un rendez-vous chez un ophtalmo, il est déjà bien tard pour commencer le traitement !

Francine

le 29/08/2015

Oui, l'attente pour voir un ophtalmo est bien trop longue. Depuis la fin de la crise de Basedow en 2012 j'essaie de rencontrer un ophtalmo capable de voir les dégâts exercés par la maladie sur mes yeux mais en vain. J'espère que lors de mon RdV de contrôle au CHU avec un endocrinologue on m'enverra chez quelqu'un de fiable au niveau des yeux avec un délai raisonnable...

le 29/08/2015

@Scoobidoo ,je te rejoins totalement ,ces traitements aux injections de Lucentis ,ma Maman est atteinte de DMLA au stade très avancé.Durant très longtemps ,je l'accompagnais à Nantes deux fois par semaines ,puis ensuite à Brest ,tout celà pour en arriver là .Ces traitements sont très angoissants pour les patients ,il n'est pas anodin de supporter des injections dans les yeux ,parfois après ,elle souffrait.A raison de 1000 Euros ,la piqure ,sans résultat ,un mot me vient à la bouche "GROSSE ARNAQUE",dans les salles d'attente ,nous parlions évidemment avec d'autres malades ,eux non plus ,ne voyait aucune amélioration.
Pour finir ,je l'ai accompagné à Créteil ,il y a deux mois ,voir son Professeur ,qui lui a confirmé ,qu'il ne pouvait plus rien pour elle.Le retour dans le train s'est passé dans les pleurs ;alors  pourquoi cette usine à fric ?

le 29/08/2015

Comme vous dites lilas blanc, usine à fric et rien d'autre, et on laisse les gens désespérés!

Vous aimerez aussi

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Lire l'article
Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Lire l'article
Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Cancer de l'ovaire

Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité
Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article