«
»

Top

L’AP-HP s’engage à diviser par deux le temps d’attente aux urgences d’ici à 2019

11 juin 2014 • 6 commentaires

L’AP-HP s’engage à diviser par deux le temps d’attente aux urgences d’ici à 2019

L ’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) a présenté ce mardi une stratégie qui vise à diviser par deux, d’ici à 2019, le temps d’attente moyen aux urgences (proche de 4 heures pour les adultes), et à supprimer les attentes de plus de 4 heures. Un arsenal de 40 mesures sera mis en œuvre dans les prochains mois, au sein des 37 hôpitaux du CHU francilien.

Il s’agit notamment d’améliorer les relations entre les centres 15, les urgences, et leur environnement : EHPAD, maisons médicales de garde, cabinets de ville ouverts en soirée...

Les circuits rapides généralisés

L’AP-HP entend aussi améliorer l’accès aux plateaux techniques d’imagerie pour les généralistes dans le cadre de soins non programmés. Autres pistes : la généralisation des fast track (circuits rapides de prise en charge des soins non urgents), la formation de bénévoles intervenant aux urgences afin de réduire le stress des patients et des accompagnants, la réduction des délais d’obtention des résultats d’analyses et d’imagerie, l’amélioration de la signalétique, ou encore le développement d’une méthode de management de lits, afin de décharger les urgentistes de cette responsabilité chronophage.

Quarante millions d’euros seront investis en cinq ans pour financer les travaux de rénovation des urgences les moins modernes. Le cas de l’Hôtel-Dieu, lui, sera traité ultérieurement. Martin Hirsch, DG de l’AP-HP, devrait présenter ses orientations pour le plus vieil hôpital parisien à l’automne.

La présentation de la stratégie de l’AP-HP pour les urgences intervient une semaine après que la ministre de la Santé a annoncé vouloir réduire les délais d’attente des patients dans les services d’urgences, notamment grâce à la généralisation des circuits rapides, lors du congrès des médecins urgentistes.

LeQuotidiendumédecin.fr

Commentaires

le 12/06/2014

Merci Julien.

J'ai tout lu

le 12/06/2014

Mouais....attendons de voir ..

Plus de personnel , c est envisage ou pas ? 

le 12/06/2014

La formation de bénévoles ! Encore faudrait il avoir suffisamment de volontaires pour ne prendre que ceux qui seraient compétents.

Peu de gens comprennent que même bénévole on doit l'être.

Les bénévoles sont en majorité des retraités (comme moi), bien moins au courant des nouveautés et souvent plus fragiles que les autres. Je sais que je vais faire hurler certains(es). La plupart des retraités ne souhaitent qu'avoir la paix, se distraire ou voyager car ils en ont enfin le temps.

Les jeunes, ils ne pourront pas, s'ils ont un peu de chance, ils auront leur travail, s'ils en ont moins ils seront en recherche.

Nous faisons partie de plusieurs associations et nous voyons comment ça se passe.

Enfin, on verra bien mais j'ai du mal à y croire, pourtant je suis d'un naturel optimiste.

Francine

le 12/06/2014

Je suis d accord Scoobidoo .Qu on foute la paix a nos retraites et qu on embauche du personnel forme et competent .On ne peut pas faire d economies ds ce domaine .Et puis , aux urgences , il faut etre vif, reactif , c est un milieu rude ou l on n a pas le droit de lambiner .Imaginez ces pauvres retraites , perdus , au milieu des cris , hurlements , du personnel qui court a droite et a gauche ! 

le 12/06/2014

il faut venir "au nouvel hopital europeen de marseille" pas grand monde aux urgences les marseillais n'ont pas envie de faire des km!!

et deja juste ouvert il y a un manque de personnel!!!

alors "wait and see"

Vous aimerez aussi

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Lire l'article
Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Lire l'article
Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Cancer de l'ovaire

Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité
Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article