«
»

Top

La confiance des Français dans le médicament en hausse

12 juin 2015

La confiance des Français dans le médicament en hausse
La confiance des Français dans le médicament a progressé en 2015, retrouvant pratiquement son niveau de 2013 après une chute l'an dernier, selon l'étude annuelle réalisée par Ipsos pour les Entreprises du médicament (Leem).

"Les controverses sur le médicament, qui avaient affecté les résultats de l'Observatoire 2014, ont été beaucoup moins présentes début 2015", a relevé le Leem dans un communiqué, en notant aussi que le contexte général est "un peu plus favorable".

Selon le sondage publié jeudi, 85% des Français déclarent avoir confiance dans les médicaments (dont 9% tout à fait confiance), un rebond de 10 points par rapport aux 75% de confiance enregistrés en 2014, année marquée par un décrochage de 12 points.
Auparavant, le taux de confiance avait enregistré une progression régulière, passant de 82% en 2011 à 84% en 2012, puis 87% en 2013.
"Le médicament dispose aujourd'hui d'un capital de confiance solide", note le Leem. Un sentiment fortement présent chez les 60 ans et plus (90% de confiance), et un peu moins chez les plus jeunes (79% chez les 17-24 ans et 80% chez les 25-34 ans).
Toutes les formes de médicaments enregistrent une hausse de la confiance, sauf les vaccins: notamment les médicaments sur ordonnance (93%, +5), sans ordonnance (73%, +7) et les médicaments de marque (89%, +6).

S'agissant des vaccins, la confiance reste très majoritaire, mais elle stagne, à 71%. Le niveau de défiance (29%) est "d'autant plus préoccupant qu'il touche toutes les catégories sociales et démographiques", observe l'étude.
"Les Français sont en attente d'une information de qualité sur le médicament (...) Il y a un besoin de clarté, mais aussi d'engagement", a commenté le président du Leem, Patrick Errard, cité dans le communiqué.
De fait, au moins six Français sur dix se disent mal informés sur les médicaments dans différents domaines: ainsi 62% (+7 points) s'estiment mal informés des effets secondaires.
Dans ce contexte, les notices des médicaments continuent de bénéficier d'une forte confiance (87%, +3), tandis que pour s'informer, les Français font confiance aux médecins traitants (95%, +1) devant les infirmières (91%, +2).
Quant aux motifs d'inquiétude, les Français placent en tête la peur d'une maladie nouvelle sans traitement (65%), suivie par le risque d'interactions entre médicaments (61%).

Enfin, le sondage montre une reprise de confiance dans l'industrie du médicament (61%, +4), toujours placée après l'aéronautique (76%), l'automobile (69%) et le bâtiment (63%).
Le sondage de "l'Observatoire sociétal du médicament" a été réalisé par Ipsos auprès d'un échantillon représentatif de 1.010 personnes, interrogées par internet du 23 février au 31 mars.

Commentaires

le 12/06/2015

J'ai une confiance limitée dans les sondages, mais admettons que celui-ci ait raison. En général, une fois l'effet d'annonce dépassé d'un scandale mettant en cause un laboratoire, les malades reprennent leurs habitudes après un laps de temps assez restreint de l'usage de médicaments sortant du laboratoire en question.

le 12/06/2015

j'ai une confiançe limitée dans les médicaments j'ai trop d'effets secondaires importants qui me provoquent des pathologies que je ne devrais pas avoir.moins j'en prends mieux je suis.

3 au lieu de 7 .aucune confiançe dans les laboratoires trop d'erreurs depuis quelques temps.et beaucoup de contradictions.

le 13/06/2015

Je n'y crois pas une seule seconde. Le but de ce sondage est de ns donner confiance pour avaler les génériques principalement.

Cela n'engage que moi évidemment.

Bonne nuit

Serena

le 13/06/2015

j'ai bien du mal à croire à cela sondages bidons en générale oui ils les reprennent parce qu'ils n'ont pas le choix.

le 14/06/2015

Les enquêtes en face à face et les enquêtes sur internet ça fait deux. Sur internet la vérification de l'échantillon est quasiment impossible. Quelqu'un qui travaille justement pour l'industrie pharmaceutique peut répondre, modifier son âge, sa profession, surtout s'il a la possibilité d'utiliser plusieurs adresses IP.
Il y a certes des outils correctifs mais ils ont leurs limites.
En face à face dire qu'on a 40 ans quand on en paraît 20 de plus ou de moins c'est nettement plus difficile, dire qu'on est cadre quand on habite un taudis rend l'enquêteur suspicieux...
Les résultats de ce sondage ne me convainquent pas. Il suffit de lire ce qui s'écrit sur Carenity pour sentir que la méfiance envers le médicament existe, surtout envers les génériques...

Vous aimerez aussi

Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Lire l'article
Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Lire l'article
Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Lire l'article