«
»

Top

La BPI s'associe avec le Téléthon pour créer un labo géant

9 oct. 2015 • 3 commentaires

La BPI s'associe avec le Téléthon pour créer un labo géant
La Banque publique et l'AFM-Téléthon veulent mettre sur pieds "le plus grand centre européen de développement de thérapies géniques et cellulaires". 
 
L'AFM-Téléthon et le fonds Société de projets industriels (SPI), géré par la banque publique d'investissement Bpifrance, s'associent pour créer dès 2019 "le plus grand centre européen de développement et production de thérapies géniques et cellulaires", ont-ils annoncé vendredi dans un communiqué conjoint. L'AFM-Téléthon apportera son savoir-faire et investira 36 millions d'euros, tandis que SPI investira 84 millions dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir.
 
"Une nouvelle étape". Ce projet est "à la fois une réponse pour permettre à l'AFM-Téléthon de mener à bien sa mission, tout en permettant l'émergence d'un acteur de référence qui va structurer une filière naissante et créer de nombreux emplois", commente Magali Joessel, directrice de SPI à Bpifrance. Pour l'association AFM-Téléthon, qui dispose déjà à Evry du laboratoire Généthon-Bioprod, arrivé à saturation de sa capacité de production, c'est une "nouvelle étape" sur le chemin du médicament. "Il faut voir plus grand et prévoir déjà de passer à l'industrialisation et à la commercialisation dans les prochaines années des produits jusque-là fabriqués pour des essais sur l'humain", explique Laurence Tiennot-Herment, présidente de l'association de malades.
 
"L'élément clé d'une filière industrielle". Ce nouveau centre, d'une surface de 13.000 m2, sera "l'élément clé d'une filière industrielle qui permettra de répondre aux besoins des laboratoires de l'AFM-Téléthon ainsi qu'à ceux de nombreux acteurs académiques et industriels des biotechnologies", explique le communiqué. Il proposera une plateforme pour la production des thérapies, qu'il s'agisse d'essais cliniques ou de diffusion post-AMM (Autorisation de mise sur le marché), précise le communiqué. La société sera détenue majoritairement par l'AFM-Téléthon, à hauteur de 54% du capital à sa création, et disposera des fonds propres nécessaires au lancement de son usine de production et au développement de biothérapies innovantes.
 

Europe1.fr

Commentaires

le 11/10/2015

Bonsoir,

C'est une très bonne nouvelle pour tous les patients souffrant de maladies rares ! Bien sûr il faudra du temps pour obtenir de nouveaux traitements, mais il me semble que le type de structure décrit ici est un grand pas trouver les traitements qui conviennent.

Que tous les patients atteints de maladies rares lisent cet article !

Cordialement.

le 16/10/2015

Je ne sais pas si c est une bonne nouvelle, "réparer "les erreurs commises par des scientifiques et industriels pharmaceutiques d'un passé pas très éloigné par ces  même scientifiques et industriels pharmaceutiques, (un exemple: certaines pilules contraceptives après l’arrêt de celles ci et mettre un enfant au monde avec une des maladie dites auto-immune ainsi que divers pathologies pour la mère. sans parler du Médiator) Le tout ça fait un gros chiffre d'affaire!!!.

A quand des campagnes de préventions? pas besoin de construire d'usines ni autant de million €! Sur les mauvais médoc, la mal bouf ,  les mauvaises habitudes alimentaires etc ....

Bonne santé

le 16/10/2015

Bonjour,

Je ne crois pas qu'il faille voir les choses de manière si négative. L'association française contre la mucoviscidose a pu créer, grâce aux fonds donnés par de nombreux Français lors du Téléthon, un centre de recherche à Evry, où travaillent de nombreuses équipes. Elles réalisent des recherches fondamentales et appliquées à toutes sortes de maladies rares.

Ils ont crée le laboratoire Généthon-Bioprod pour pouvoir fabriquer des médicaments directement issus de leurs recherches alors que les laboratoires pharmaceutiques classiques n'étaient pas intéressés par ces patients, trop rares. Grâce au laboratoire Généthon-Bioprod, ils ont pu fabriquer indépendamment les médicaments nécessaires aux études cliniques chez les patients : cela a permis de valider certains médicaments et d'obtenir une autorisation de mise sur le marché.

Bref, grâce à eux la collaboration entre équipes de recherches progressent ; ils offrent à ces équipes la possibilité unique de fabriquer de petites séries de ces médicaments pour les tester vraiment chez les patients. Enfin, les nouveaux fonds obtenus par l'association avec la BPI va leur permettre de fabriquer des quantités plus importantes pour tous les patients, en dehors des essais cliniques.

Avec eux, on obtient de nouveaux traitements potentiels, on confirme ou non leur efficacité, on obtient l'AMM et bientôt les moyens de les fabriquer pour tous. Si ce n'est pas un progrès, alors je ne vois plus ce que veulent ces patients !

Cordialement.

Vous aimerez aussi

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Lire l'article
Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Lire l'article
Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Cancer de l'ovaire

Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité
Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article