«
»

Top

Deux tiers des professionnels de santé en épuisement physique et moral

4 déc. 2017 • 1 commentaire

Deux tiers des professionnels de santé en épuisement physique et moral

Sur une échelle de 1 à 100, leur moral est à 41, selon un baromètre* réalisé par 360 Medics, une application destinée aux professionnels de santé.

fatigue

Le moral n'est pas au beau fixe pour les professionnels de santé (médecins, infirmiers, pharmaciens, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes). Les médecins (libéraux et hospitaliers confondus) sont même en deçà, à 39,28 sur 100.

Pour autant, 81 % des médecins déclarent aimer leur métier, soit une proportion plus importante que les pharmaciens (69 %) et les professionnels de santé en général (80 %). Rattrapés par la réalité, les médecins sont 74 % à estimer que leurs conditions de travail sont insatisfaisantes.

Surtout, une quasi-unanimité des médecins (89 %) estime que leur travail manque de reconnaissance, dont 36 % pensent qu'il ne l'est « pas du tout ». Huit médecins sur dix indiquent que leur rythme de travail a des conséquences sur leur vie sociale. 76 % pensent que cela touche aussi leur vie familiale, voire leur activité professionnelle (60 %). Enfin, 86 % témoignent même avoir fait l'expérience de comportement violent de la part d'un patient, dont 61 % plus d'une fois.

64 % de médecins libéraux en burn-out

Conséquence : 63 % des médecins ressentent un épuisement à la fois physique et moral. Selon eux, les raisons premières de cette fatigue généralisée sont justement le comportement des patients, suivi du manque de reconnaissance de leur métier. Résultat, le taux de burn-out est élevé chez les médecins, à 56 %, et même à 64 % pour les libéraux (47 % pour les professionnels de santé en général). Un peu moins d'un quart de ces médecins ayant souffert de burn-out a accepté de se soigner par un traitement médicamenteux (antidépresseurs ou anxiolytiques).

En plus de cette souffrance généralisée liée à leur travail, les médecins s'estiment livrés à eux-mêmes. 64 % pensent ainsi que la société n'est pas consciente de leurs problèmes actuels.

À noter que la part de « jeunes » (25-45 ans) est majoritaire dans ce baromètre. « Cela n'incite pas à voir l'avenir d'un regard serein, analyse le Dr Grégoire Pigné, oncologue radiothérapeute et PDG de 360 Medics. Le moral actuel de ces médecins peut laisser présager de fortes difficultés pour le système de santé, à moins de changer de paradigme et de faire passer en priorité le professionnel de santé au-dessus du système. »

Le Quotidien du Médecin

Commentaires

le 06/12/2017

Je peux comprendre la fatigue des médecins  mais nous en temps que patients que peut on faire? J'essaie d'être aimable et reconnaissante mais que faire de plus ? Je pense aussi à d'autres métiers très prenants comme les enseignants à vrai dire je les plains avec la mentalité d'aujourd'hui et les travaux publics par tous les temps et dans le bruit . C'est mon point de vue peut être que d'autres auront un autre avis . 

Vous aimerez aussi

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Lire l'article
Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Troubles du sommeil : quand et comment peut-on les traiter ?

Lire l'article
Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Cancer de l'ovaire

Cancer de l'ovaire : quels sont les traitements ?

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité
Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article