«
»

Top

Dépakine : des enfants ont été exposés jusqu'en 2010

28 mai 2015 • 9 commentaires

Dépakine : des enfants ont été exposés jusqu'en 2010
Selon Me Joseph-Oudin, qui défend des familles victimes des conséquences de la Dépakine, le laboratoire aurait dissimulé la gravité des risques sur le fœtus exposé à l’anticonvulsif.

Une famille a porté plainte contre le laboratoire Sanofi, qui distribue la Dépakine. Cet anticonvulsif prescrit aux patients épileptiques et bipolaires, est responsable de malformations et de retards neurocomportementaux chez les fœtus exposés dans le ventre de leur mère. Les effets sont documentés depuis les années 1980. Mais selon Charles Joseph-Oudin, l’avocat des familles victimes de la Dépakine, qui défend par ailleurs plusieurs victimes du Mediator, le laboratoire aurait sous-évalué ces risques.

- Combien de familles victimes de la Dépakine représentez-vous ?

Me Joseph-Odin.  Pour le moment, une seule famille a porté plainte ; deux à trois plaintes devraient suivre d’ici la fin de la semaine. En tout, le dossier Dépakine que je défends se réfère à une trentaine de familles dont les enfants exposés in utero au Valproate de sodium sont nés avec des malformations et/ou ont développé des troubles neurocomportementaux après la naissance.

Ces patients sont nés entre 1990 et 2010. Au moment des grossesses, les mères étaient traitées à la Dépakine contre l’épilepsie essentiellement, et dans une moindre mesure contre des troubles psychiatriques. La plupart des ordonnances proviennent de neurologues. Dans ce dossier, aucune prescription hors AMM n’a été rapportée.

Par ailleurs, nous avons lancé trois procédures civiles contre le laboratoire Sanofi. Les expertises sont en cours.

- Pourquoi pensez-vous que Sanofi a dissimulé les effets secondaires, qui figurent dans le Vidal depuis une trentaine d’années ?

Me Joseph-Odin. Les effets tératogènes (malformation du fœtus) sont connus depuis les années 1980 mais ils sont restés longtemps minimisés dans le Vidal. D’ailleurs, les cas prouvent que le message n’est pas du tout passé, puisque les familles que je représente n’ont jamais été informées des risques liés aux grossesses sous Valproate de sodium. Dans ce dossier, la dernière naissance sous Dépakine date de 2010, alors que l’AMM avait déjà été révisée pour les grossesses et que l’information était censée être claire.

Avant 2006, les notices contenaient une information parcellaire, peu visible et ambiguë. Il était expliqué qu’il n’était pas légitime de déconseiller la conception aux femmes enceintes sous Dépakine. Cette affirmation s’appuyait alors sur des données minorées, avec un surrisque de malformation sous-évalué.

Dans les faits, les effets de l'exposition des foetus au Valproate n’ont pas été communiqués auprès des prescripteurs. Finalement, c’était à la patiente de prendre elle-même conscience du risque et de s’en référer à son médecin si elle souhaitait tomber enceinte ! Ce n’est qu’en 2006 que les autorités ont clairement recommandé de ne pas délivrer ce médicament chez les femmes en âge de concevoir. Les prescripteurs, eux, n’ont été informés par courrier qu’en 2014. Pourquoi avoir attendu tant de temps ?

 
- Mais la responsabilité n’est-elle pas davantage celle des prescripteurs mal informés et d’une agence qui a tardé à donner l’alerte ?

Me Joseph-Odin. La responsabilité est probablement partagée ; il s’agit justement de déterminer à quel niveau elle se situe. Mais le producteur reste responsable des dégâts causés par sa molécule, et du fait qu’il n’ait pas pris la mesure des risques.

Mais avant tout, il est nécessaire de caractériser le lien de causalité entre l’exposition au Valproate et les malformations fœtales et les retards neurocomportementaux. C’est l’objectif de l’expertise qui est en cours.

Pourquoidocteur.fr

Commentaires

le 28/05/2015

Du tout façon les grands laboratoires ont des avocats et des beaux parleurs pour se justifier des actes immondes! Et pourtant ils peuvent dire ce qu'ils veulent, le résultat est exactement le même, il y a des enfants qui sont nés avec des malformations dû à la prise de la Dépakine pendant la grossesse. J'espère du tout coeur que les familles qui ont porté plainte gagneront!

le 28/05/2015

Et un scandale de plus !!! Médiator, les prothèses mammaires et quoi encore ..... On n'est pas encore au bout de nos surprises !!

Y a tellement de fric en question !!!

le 28/05/2015

.

le 28/05/2015

Non, ça n'est pas le seul remède, mon fis a pris de la Dépakine pendant des années, plus depuis 4 ans.

Autres remèdes   

Francine

le 28/05/2015

Je pense que quand une femme souffre d'une maladie chronique, qu'elle devrait en discuter avec son gynécologue ou autre spécialiste avant de faire un enfant.

Ce que je conteste avec la Dépakine est le non-transparence par le fabriquant des effets que ce médicament puisse avoir sur un foetus. A cause de cela les mères qui l'ont pris n'ont même pas eu le droit de choisir si oui ou non elles souhaitent prendre le risque que son enfant naisse avec un(des) malformations. Ou encore mieux, trouver un autre médicament pour sa pathologie qui ne fera pas de mal au foetus.

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Lire l'article
Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article