«
»

Top

Consommation de tabac en France en 2014 : que faut-il retenir ?

25 févr. 2015 • 29 commentaires

Consommation de tabac en France en 2014 : que faut-il retenir ?
Le dernier Baromètre santé Inpes, dévoilé ce mardi, révèle que les fumeurs réguliers sont en légère baisse. Mais le tabagisme demeure problématique, en particulier chez les femmes.

Hier, Marisol Touraine a présenté des résultats "encourageants" sur la consommation de tabac en France. Pour la première fois en effet, le nombre de fumeurs réguliers baisse depuis 2010, passant de 29,1 % en 2010 à 28,2 % en 2014. Les femmes qui fument tous les jours sont également moins nombreuses : la prévalence du tabagisme régulier chez les femmes est passée de 26 % en 2010 à 24 % en 2014. Mais le tabagisme ne faiblit pas : en moyenne, entre 2010 et 2014, le nombre de cigarettes fumées n'est qu'en très légère baisse, passant de 11,9 à 11,3 cigarettes par jour. La France compte quand même 34 % de fumeurs occasionnels chez les 15-75 ans, la plaçant ainsi à un niveau largement supérieur à celui de nombreux autres pays occidentaux.

Le cancer du poumon progresse chez les femmes. Les femmes jeunes fument de moins en moins et c'est une bonne nouvelle : de 39 % de fumeuses de 20 à 25 ans en 2010, on est passé à 32,5 % en 2014. Mais, la progression du cancer du poumon chez les femmes demeure préoccupante. Ce cancer est en effet devenu depuis quelques années la deuxième cause de mortalité par cancer chez les femmes, avec 8623 décès en 2012, juste derrière le cancer du sein. Et la courbe pourrait même s'inverser selon les dernières projections épidémiologiques. Par ailleurs, même si en 2014 le tabagisme reste plus fréquent chez les hommes (38 %) que chez les femmes (30 %), l'écart est en train de se réduire. Autre problème révélé par ce baromètre : 17,8 % des femmes enceintes fument toujours au troisième trimestre de leur grossesse. Il s’agit du taux le plus élevé d’Europe. Face à constat, Marisol Touraine a annoncé la mise en place du pictogramme "femmes enceintes" qui apparaîtra systématiquement sur tous les paquets de cigarettes dans un délai de six mois, pour sensibiliser les femmes aux dangers du tabac pendant leur grossesse.

Le vapotage, porte d'entrée vers le tabagisme ? Les "vapoteurs" sont en moyenne plutôt jeunes, mais leur usage de la cigarette électronique demeure ponctuel, davantage dans l'optique de tester une nouvelle tendance, que de l'adopter sur le long terme : 45 % des 15-24 ans ont déjà essayé la cigarette électronique, mais seulement 8 % des 25-34 ans sont des utilisateurs quotidiens. La ministre de la Santé, en a profité pour rappeler que si la cigarette électronique peut éventuellement être utilisée pour aider à l’arrêt du tabac, son encadrement doit être renforcé pour éviter l’incitation des jeunes à commencer à fumer. La vente de cigarettes électroniques aux mineurs est interdite depuis juin 2013.

"Ces résultats confirment la nécessité de poursuivre la politique engagée pour faire reculer le tabagisme en France en renforçant la prévention pour éviter l’entrée dans le tabagisme et en agissant efficacement pour aider les fumeurs à arrêter de fumer", souligne le ministère de la Santé. Et c’est tout l’enjeu du Programme national de réduction du tabagisme (PNRT) lancé par Marisol Touraine le 25 septembre 2014. Pour rappel, plusieurs mesures ont été mises en œuvre depuis : la diffusion de la campagne d’information "le tabac tue un fumeur sur deux" ; le triplement du forfait substitut nicotinique pour les jeunes de 20 à 25 ans ; l'encadrement de la publicité pour les cigarettes électroniques. En outre, dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à la santé au Parlement en avril, le Gouvernement intégrera par amendement des mesures de ce plan tabac, notamment le paquet neutre de cigarettes, l'interdiction de fumer en voiture en présence d'enfants, l'interdiction de vapoter dans certains lieux publics, ou encore la transparence du lobbying de l'industrie pharmaceutique.

Le Journal des Femmes

Commentaires

le 25/02/2015

Je n'ai jamais fumé, mais je suis persuadée qu'il est extrêmement difficile d'arrêter...

Il faudrait ne jamais commencer. Mais comment en convaincre les jeunes ?

le 25/02/2015

je suis une fumeuse depuis plus de trente ans j ai arrêté lorsque j étais enceinte ..et vlan j ai repris avec des périodes d arrêt mais cela a pas duré longtemps ..j y arrive pas ..par contre bizarrement je suis contre que l on fume dans une voiture avec ou sans enfant il y a beaucoup d accidents a cause de ça ..mais on préfère parler de portable alors que c est le même risque... même dans les lieux publics cela me fait plus rien de ne pas fumer ...pour les jeunes plus on leur interdit plus ils vont essayer c est l âge du danger dans les écoles des préventions seraient nécessaires dès le collège faisant voir les dégâts sur la santé et privilégié le sport au frais de l état eh c'est moi qui dit ça en tant que fumeuse  !!!comment leur expliqué alors que les parents fument.. on pourra mettre n importe quelle couleur sur les paquets et augmenté les prix  et plus il y aura de contre bande et des trafics ..et tout ça c est du cinéma car l état se gave sur le dos des fumeurs et après pour bonne conscience on va s'occuper des fumeurs ..!!!mm Touraine stop avec des faux blablas fermer les tabacs c est la meilleurs façon de s 'arrêter voilà du concret ...et que vont devenir nos tabagistes hop au chômage il y en a pas assez ?? mais il y aura toujours une substance qui va en remplacer une autre !!! et ces les jeunes qui vont les tester avant !!on fera quoi a  ce moment là ...

le 26/02/2015

si ce sevrage était simple...on n'en parlerait pas tant..trop d'enjeux financiers..trop d'arnaques pour les fumeurs...etc...

et comme pat, je n'ai jamais fumé donc je ne peux juger...bien que ma maman (qui disait t elle ne fumait pas puisque c'étaient des blondes , légères et mentholées...) ait eu sa vie bouzillée par l'artérite et bien qu'ayant fait des cures à Royat...je peux vous dire que "l'ambiance" ca calme...voir des gens déambuler amputés...ou autres (surtout  aussi des jeunes) ...

perso ...essayez de fumer votre dernière cigarette...(non pas un condamné...mais pour vivre...et respirer à plein poumons !!)

mumu avec un peu de retard...bon anniversaire  

le 26/02/2015

merci Arnica il est jamais trop tard pour bien faire ....tu le dit au début il est difficile d arrêter sinon je l aurais fait depuis longtemps ..c est bien de faire des campagnes mais il faut que cela hyper dur ..mon constat vrai que les femmes fument de plus en plus allez savoir pourquoi ..lorsque que j ai été hospitalisée je retrouvais toutes les infirmières en bas avec leur clope et même des meds ...on va avoir des lois par le parlement qui fume aussi ils ont même des salles a leur disposition pour éviter de sortir dehors ...moi j aimerais savoir pourquoi on fume et pas d'autres a ton un blem dans la tête ?..comme dit Pat pas il faut pas commencer difficile dans une société qui pousse a la consommation et qui fait semblant d aller bien ...pour les jeunes savez vous que dans certaines boites de nuits des fabricants de cigarettes offrent des paquets de clopes au jeunes  de même pour l alcool difficile de ne pas résister et si on commençait par là déjà!!!! 

le 26/02/2015

Bonjour à tous

Vos commentaires sont très pertinents. J’applaudis les membres qui n'ont jamais fumé pour leur compréhension car combien c'est difficile pour les fumeurs(es) d'arrêter.

Avec les années mon compagnon et moi sommes devenus des grands fumeurs et on en avait marre d'être devenues des esclaves de ce poison, la nicotine. On n'avait aussi marre d'entendre, "Avec de la volonté on y arrive!" Il nous a fallu deux ans pour trouver le courage de téléphoner à un centre de désintoxication pour prendre rdv.

Lors de notre premier consultation au centre de désintoxication, le médecin nous à expliqué qu'il est plus facile d'arrêter de prendre de l’héroïne que d'arrêter de fumer!  On a écouté nos besoins, nos peurs et jamais, mais jamais, on nous a fait culpabilisé parce que nous étions des fumeurs. On a appris qu'arrêter de fumer n'est pas une question de volonté, il faut d'abord le vouloir, avoir un déclic, se sentir prêt. On arrive pas à croire qu'on peut vivre HEUREUX sans cigarette, une fois qu'on a accepté cette idée, la volonté est là pour aider à tenir bon. Après une suivie de quelques mois, quand nous étions prêts tous les deux, avec le médecin nous avons choisi une date pour arrêter de fumer.

Nous avons arrêté de fumer en janvier 2009. Au début ce n'était pas facile pour moi, je n'ai pas pu résister à acheter sur internet des cigarettes à l'eucalyptus. Au début c'était bien mais j'étais frustrée car je ne ressentais pas la même plaisir et je me suis vite lassée. Ensuite j'ai acheté sur internet une cigarette électronique. On peut acheter des recharges sans nicotine.....mais encore une fois je n'ai pas retrouvé la plaisir de fumer. Je l'ai dit au médecin au centre et il m'a dit, "Mais Madame, vous n'avez pas besoin d'une cigarette électronique, vous avez arrêté de fumer". Il avait raison. Finalement j'ai changé ma façon de voir des choses, au lieu de dire que je veux arrêter de fumer, je me suis dit que je ne veux plus fumer. Vous allez dire que c'est la même chose mais en réalité ce n'est pas vrai. Un fumeur(se) "arrête" de fumer au moment où il/elle écrase sa cigarette....jusqu'à il/elle en allume une autre.

Aujourd'hui c'est moi qui est plus en paix concernant l'arrêt du tabac que mon compagnon parce que j'ai lu un livre qui m'a vraiment boosté de tenir bon. Pour mon compagnon il dit qu'il est capable de reprendre la cigarette malgré qu'il ne souffre pas de manque, mais lui n'a pas lu le livre ......malgré que je lui ai fortement recommandé et qu'il a rencontré une amie qui a arrêté de fumer grâce à ce livre. Chacun fait son choix. Maintenant je ne peux même pas imaginer de mettre une cigarette entre mes lèvres. Si je rêve que je suis en train de fumer une cigarette, c'est un cauchemar pour moi. Ca ne nous dérange pas d'être avec des fumeurs, nos ami(e)s ont le droit de fumer dans notre salon ou dans notre cuisine en hiver. Comme cela les gênent, ils ne fument pas beaucoup.

Notre société est en train de faire un volte-face concernant la cigarette. A une époque c'était à la mode de fumer une cigarette. Qui n'a pas vu un film en noir et blanc où les actrices glamour et très chics fumaient une cigarette munie d'un fume-cigarette avec beaucoup d'élégance? Pour les hommes fumer une cigarette c'était un marque de virilité. On souvient tous d'une publicité d'un cowboy sur son cheval avec une cigarette en bouche. Aujourd'hui dans certains pays il est presque mal vu de fumer. J'ai des amies fumeuses qui n'habitent pas en France et elles m'ont dit qu'elles doivent presque se cacher pour fumer en public. On n'a plus le droit de fumer une cigarette à l'entrée d'un magasin, il faut la fumer ailleurs, à côté de sa voiture dans le parking par exemple.

Quand j'étais fumeuse j'ai dit que j'arrêterai de fumer le jour où le prix d'un paquet dépasse 10 francs. Ha, la bonne blague! Aucun argument peut atteint un fumeur(se) parce qu'on devient aveugle et sourd, notre besoin de nicotine est plus fort. Certaines personnes continuent de fumer pendant qu'ils sont en train de se faire soigner pour une maladie causé par le tabac. Ma mère et la mère d'une amie proche ont arrêté de fumer après leurs premières crises cardiaques. Je ne voulais pas d'en arriver là pour me persuader d'arrêter de fumer.

Pour convaincre les jeunes de ne pas fumer, je ne connais pas la solution. Quand j'étais gamine je suppliais ma mère d'arrêter de fumer, je pleurais parce que je ne voulais pas qu'elle meurt parce que j'ai vu des dépliants qui disait que fumer tue. Plus tard quand j'étais au lycée, j'ai été rejetée par mes camarades les plus "cools" et populaires de l'école  parce que j'étais bon élève, pour eux j'étais trop sage pour être intéressante. Quand on est adolescente le regard des autres est tellement important, je voulais absolument me faire accepter par les autres....alors j'ai commencé à fumer à la sortie de l'école avec une copine pour que tout le monde voit que je ne suis pas si sage que ça. C'est comme ça que la piège s'est renfermée sur moi parce que j'ai pris goût rapidement de fumer et avant que je me rends compte, je suis devenue accro à la nicotine. Le plus c*n dans l'histoire est que fumer n'a rien changé concernant ma vie sociale au lycée.

Le jour où les français estiment que fumer est tout aussi socialement inacceptable que de roter ou péter en public, alors il y aura très peu de fumeurs(se), je ne connais pas de dissuasion plus fort que les règles dictées par notre société.

Désolée pour mon long discours, merci de m'avoir lu.

Bon après-midi à tous

Vous aimerez aussi

Le diagnostic du psoriasis raconté par les membres Carenity

Le diagnostic du psoriasis raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Diabète : comprendre le régime à index glycémique bas

Diabète avec surdité de transmission maternelle
Diabète de type 1
Diabète de type 2
Diabète gestationnel
Diabète insipide
Diabète insipide néphrogénique
Diabète néonatal

Diabète : comprendre le régime à index glycémique bas

Lire l'article
Le diagnostic de la rectocolite hémorragique raconté par les membres Carenity

Rectocolite hémorragique

Le diagnostic de la rectocolite hémorragique raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article