«
»

Top

Congrès d’addictologie : le vote d’un amendement modifiant la loi Evin provoque l’indignation générale

12 juin 2015 • 2 commentaires

Congrès d’addictologie : le vote d’un amendement modifiant la loi Evin provoque l’indignation générale

C’est sur une constatation amère que la présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) a ouvert la 9e édition du congrès annuel international d’addictologie de l’Albatros, à Paris ce matin : « J’avais prévu de vous dire que la lutte contre les addictions est aujourd’hui une cause nationale, mais avec le vote, cette nuit, d'un amendement modifiant la loi Evin, je ne peux pas », a déclaré Mme Danièle Jourdain-Menninger.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, au cours de l’examen en commission en nouvelle lecture du projet de loi Macron, les députés ont en effet voté l’amendement du Sénat distinguant information et publicité sur l’alcool. Ils n’ont donc pas suivi les recommandations du gouvernement, qui avait explicitement demandé la suppression de cet amendement du sénateur Gérard César (Les Républicains, ex-UMP) adopté début mai par la Haute Assemblée. « Contrairement à ce qui est dit, ces initiatives parlementaires visent non pas à maintenir mais bien à faire exploser la loi Evin et, vraiment, je dois dire que ce matin j’ai été accablée de voir que ce que la représentation nationale avait accepté », a conclu Mme Jourdain-Menninger.

Un amendement scélérat

Le cofondateur et co-organisateur du congrès, le Pr Michel Reynaud, psychiatre-addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, a également exprimé sa déception, sans retenue. « Cet amendement scélérat a mobilisé comme un seul homme l’intégralité du lobby viticole, lui-même soutenu par l’industrie alcoolière, a-t-il lancé. Il y a quelques semaines encore, on parlait de l’augmentation du binge drinking, des conséquences dans les services hospitaliers, dans les services d’urgence, on parlait également de l’augmentation de l’alcoolisation chez les femmes… Il y a un lien tellement évident avec l’élargissement de la publicité pour l’alcool dans les réseaux sociaux, sur Internet ; on ne peut qu’être terrifié de l’aveuglement de notre société. » Pour le praticien, ce vote est un pied de nez au gouvernement en place : « Je me demande comment notre président va pouvoir se présenter à Vinexpo ce dimanche ? Est-ce qu’il se félicitera que la viticulture française soit sauvée, ou est-ce qu’il regrettera que son gouvernement soit aussi peu efficace, et aussi peu puissant, que les députés puissent se moquer totalement des mesures qui ont été claires, et que les députés du gouvernement socialiste puissent voter contre la position gouvernementale officielle. » Le Pr Reynaud a annoncé qu’en juillet seront publiés les chiffres d’une enquête montrant que, chaque année, il y a environ 900 000 hospitalisations pour des problèmes d’alcool. « Cela fait plus que le nombre de patients traités pour un diabète ou pour des problèmes cardiovasculaires », a-t-il fait remarquer.

Inquiétude unanime

Après cette ouverture passionnée, le congrès de l’Albatros – dont l’objectif est de rassembler les professionnels de santé intéressés dans l’addictologie (plus de 700 cette année) pour réaliser un état des lieux de l’évolution de la discipline dans sa globalité – a débuté par une séance plénière dédiée… à la perception de l’alcool, chez les enfants en âge préscolaire. Le Dr Emmanuel Kuntsche, de Lausanne, à travers ses recherches, a montré que même les enfants de 3 à 6 ans ont déjà des représentations claires de l’alcool, véhiculées par leurs parents et par la société.

Les experts interrogés par « le Quotidien » en cette matinée ont unanimement exprimé leurs inquiétudes vis-à-vis de ce vote, même si la partie n’est pas terminée. « La discussion finale sur la loi Macron aura lieu en début de semaine prochaine à l’Assemblée nationale, et nous espérons que l’ensemble de la représentation nationale, des députés français feront preuve de responsabilité devant la fraction activiste du lobby viticole, a précisé le Dr Alain Rigaud, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et en addictologie (ANPAA), nous espérons aussi que le gouvernement prendra ses responsabilités comme ses prédécesseurs il y a 25 ans, en déposant un amendement de suppression. Si ce dernier verrou saute, c’est vraiment très inquiétant, les députés et le gouvernement doivent prendre leur responsabilité. »

Mais les réactions d’indignation face au vote de cette nuit ont largement dépassé le cadre du congrès. L’Institut national du cancer (INCa), dès midi, diffusait un communiqué de presse rappelant que l’alcool est le 2e facteur de risque de cancer évitable, responsable de 15 000 décès par an, et que la consommation d’alcool en France demeure l’une des plus élevées en Europe.
 
Une ministre en colère

La ministre de la Santé, présente ce matin au congrès de la Mutualité française à Nantes, a déclaré : « Je suis en colère. Je ne comprends pas. Je regrette que la loi Macron serve à détricoter la loi Evin. C’est un coup dur pour la santé publique ».

Lequotidiendumedecin.fr

Commentaires

le 14/06/2015

Le vote des députés concernant l'amendement modifiant la Loi Evin, confirme bien l'état d'esprit, c'est impensable ! en espérant que le gouvernement va réagir !!!!!!

le 21/06/2015

Le gouvernement n'y peut pas grand chose. A mon avis seul le Conseil Constitutionnel peut valider ou invalider l'amendement. Cela me paraît le recours le plus sûr mais ce n'est pas certain que cet amendement paraissent contraire à la loi aux yeux du Conseil... Nous verrons...

Vous aimerez aussi

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article
Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Maladie de Crohn
Polyarthrite rhumatoïde
Psoriasis
Rectocolite hémorragique
Rhumatisme psoriasique
Spondylarthrite ankylosante

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Lire l'article
Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Lire l'article
Ostéoporose et alimentation : nos conseils

Ostéoporose

Ostéoporose et alimentation : nos conseils

Lire l'article