«
»

Top

Cherche hommes jeunes pour don de moelle osseuse

14 mars 2016 • 3 commentaires

Cherche hommes jeunes pour don de moelle osseuse
À l'occasion de la 11e semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse, l'agence de la biomédecine attire l'attention sur le manque d'hommes sur le registre des donneurs.

La répartition hommes/femmes du registre France greffe de moelle (RFGM) offre des surprises: seuls 34% des donneurs potentiels sont des hommes, tandis que 65% des prélèvements effectivement réalisés le sont sur des donneurs masculins. Et ce pour une raison simple: les cellules de moelle issues de donneurs masculins de moins de 40 ans sont mieux acceptées par les patients greffés, ce qui augmente leurs chances de guérison. Non que la moelle osseuse soit «meilleure» chez l'homme. Mais les femmes développent à chaque grossesse de nouveaux anticorps que l'on retrouve dans leur moelle osseuse. Marqueurs de l'immunité humaine, ces anticorps augmentent le risque de rejet et complexifient donc la «prise» de la greffe.

Un traitement parfois indispensable en cas de maladie grave du sang ou du système immunitaire. Située dans les os, la moelle osseuse produit les globules rouges (responsables du transport de l'oxygène), les globules blancs (responsables de la défense immunitaire) et les plaquettes (qui stoppent les saignements). Implanter ce tissu sain chez un malade pour remplacer sa moelle défaillante, permettra au receveur de produire à nouveau des cellules sanguines performantes.

«Ils pensent que c'est contraignant»

«Nous ne savons pas exactement pourquoi il y a moins d'hommes volontaires, s'interroge le Dr Évelyne Marry à l'agence de la biomédecine. Mais on peut faire quelques suppositions. Ce type de don interpelle plus les femmes, programmées pour donner la vie, elles craignent moins la douleur et se sentent peut-être plus concernées pour sauver la vie d'une personne. Les hommes pensent aussi que c'est un don contraignant, qui prend du temps qu'ils jugent ne pas avoir.»

En cette semaine nationale de mobilisation, l'Agence de la biomédecine a donc entrepris de mener des actions ciblées dans l'espoir de recruter davantage de candidats masculins. «Nous allons directement dans des entreprises ou des universités où l'on sait qu'il y a une majorité d'hommes. Par exemple nous avons mené des actions chez ArcelorMittal, où la majorité des employés sont des hommes», explique le Dr Marry. Les femmes restent cependant les bienvenues, insiste l'agence de la biomédecine: plus le nombre de donneurs est important, plus les chances de trouver un greffon compatible sont grandes.

En 2015, 1048 greffes de moelle osseuse ont été réalisées en France. Le registre français compte aujourd'hui plus de 248.000 inscrits, mais avec une chance sur un million pour un malade de trouver un donneur compatible l'effectif est encore trop faible. Pour augmenter les chances de compatibilité entre malades et donneurs, le registre français est connecté à la World marrow donor association, qui regroupe au total 26 millions de donneurs. Pour 2016, l'objectif de l'agence de la biomédecine est de recruter 18.000 nouveaux donneurs. Pour plus d'informations: https://www.dondemoelleosseuse.fr/

Le Figaro Santé

Commentaires

titims
le 14/03/2016

Il faut faire ces dons on en a besoin seulement je pense que les hommes disent que c est trop contraignant de faire ce genre de don ou qu ils n ont pas le temps mais en fait c est plutot qu ils ne supportent pas trop la souffrance bien moins que les femmes alors ils se cachent derriere ces excuses et pourtant nous avons besoin d eux pour guerir certaines maladies alors n hesitez plus messieurs!!!!!

le 14/03/2016

Bonjour,

Je suis allé voir sur le site les contre-indications (un vieux réflexe professionnel), elles sont nombreuses, à mon avis le nombre de patients de la communauté de CARENITY serait considérablement limité, mais je me trompe peut-être.

Je cite :

"Lors du premier entretien médical, le médecin du centre d’accueil interroge chaque donneur potentiel sur son état de santé. Pour la sécurité du donneur et celle du patient qui pourrait bénéficier du don, des conditions spécifiques avant l’inscription comme donneur de moelle osseuse doivent être respectées. En effet, principalement dans les cas suivants, l’inscription n’est pas possible :

Affections cardiaques, hypertension artérielle, affections respiratoires, maladies du système nerveux, antécédents de cancers, affections métaboliques (diabète, insuffisance hépatique), antécédents de phlébites à répétitions ou d’embolie pulmonaire, problèmes dorsolombaires invalidants, affections neuromusculaires, comportements sexuels à risque, œdème de Quincke, surcharge pondérale importante et de façon plus générale, toute prise de médicament à long terme (sauf contraception).

En revanche, les antécédents de transfusion sanguine ne représentent pas une contre-indication au don de moelle.
D’autres contre-indications médicales peuvent exister; l’entretien médical préalable au don permettra au médecin du centre d’accueil de déterminer si vous pouvez faire un don de moelle osseuse en toute sécurité pour vous et le patient

Il s’agit de prendre le plus de précautions possibles, pour le donneur et pour la personne potentiellement greffée, pour que le don de moelle osseuse reste un geste bien vécu et efficace."

Jolepotager.

titims
le 14/03/2016

Oui je me doute bien jolepotager que ce n est pas sur carenity qu il va y avoir beaucoup de donneurs mais je parlais en general il ne faut pas que les hommes hesitent c est important!!!

Vous aimerez aussi

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (3/3)

Maladie d'Alzheimer

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (3/3)

Lire l'article
Maladie de Castleman : tout ce que vous devez savoir !

Maladie de Castleman

Maladie de Castleman : tout ce que vous devez savoir !

Lire l'article
Mélanome : comment savoir si un grain de beauté est dangereux ?

Mélanome : comment savoir si un grain de beauté est dangereux ?

Lire l'article
Rencontre avec Marie-Gabrielle, notre Product & Engagement Manager

Rencontre avec Marie-Gabrielle, notre Product & Engagement Manager

Lire l'article