«
»

Top

Alcool, tolérance zéro ?

27 août 2018

Alcool, tolérance zéro ?

Selon une étude relayée par l'AFP, boire un seul verre de vin ou de bière par jour comporterait un risque sur la santé. Alors, on range son tire-bouchon ou son décapsuleur ?

 

Des chiffres alarmants sur les dangers de l'alcool...

L'étude, publiée vendredi par la revue médicale The Lancet, évalue les niveaux de consommation d'alcool et leurs effets sur la santé dans 195 pays entre 1990 et 2016. D'après elle, l'alcool a causé pas moins de 2,8 millions de morts en 2016 ; un buveur d'alcool sur trois meurt de problèmes de santé liés à l'alcool chaque année, dont 2,2% de femmes et 6,8% d'hommes.

En 2016, la consommation d'alcool était le septième facteur de risque de décès prématuré et d'invalidité dans le monde. Boire un verre par jour pendant un an augmente parmi les personnes âgées de 15 à 95 ans de 0,5% le risque de développer l'un des 23 problèmes de santé liés à l'alcool (cancers, maladies cardiovasculaires, AVC, cirrhose, accidents, violences, etc.), estiment les auteurs par comparaison avec les non buveurs.

La consommation d'alcool, en 2016, est la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 49 ans (accidents de la route, suicides, tuberculose...). L'alcool est ainsi associé à près d'un décès sur 10 dans cette tranche d'âge. 


Un verre n'est pas anodin

Le Dr Emmanuela Gakidou de l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé (IHME, Université de Washington), co-auteure de l'étude, ne mâche pas ses mots : "Cela correspond à un excès de mortalité de 100.000 morts par an dans le 
monde pour un verre par jour". Selon elle, il y a "des corrélations claires et convaincantes entre la consommation d'alcool et la mort prématurée, le cancer et les problèmes cardiovasculaires."

"Le mythe selon lequel un ou deux verres par jour sont bons pour vous n'est qu'un mythe. Seul le zéro alcool minimalise le risque global des maladies"

En moyenne, le plus grand nombre de boissons alcoolisées (vin, bière, alcools forts...) consommées par jour est relevé chez les hommes en Roumanie (8,2) suivis du Portugal et du Luxembourg (7,3 chacun). Pour les femmes, figurent en tête, l'Ukraine (4,2), l'Andorre et le Luxembourg (3,4 chacun). En France, la consommation est de l'ordre en moyenne 
de 4,9 verres par jour chez les hommes et de 2,9 chez les femmes. 

 

Un contre-avis en faveur d'une consommation d'alcool modérée

"Étant donné le plaisir vraisemblablement associé à une consommation modérée, affirmer qu'il n'y a pas de niveau "sûr" ne semble pas être un argument en faveur de l'abstention", estime Sir David Spiegelhalter, statisticien, professeur pour la compréhension publique du risque à l'Université de Cambridge. Conduire non plus n'est jamais sans danger à 100%, pour autant "le gouvernement ne recommande pas aux gens d'éviter de conduire". "En y pensant, il n'y a pas de niveau de vie sûr, mais personne ne recommanderait l'abstention", plaisante-t-il.

 

Et vous, vous autorisez-vous un verre de temps en temps ?

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires

le 10/01/2019

Bonjour la censure, bientôt nous ne pourrons plus rien faire, plus de viande avec les bobos végan, que du bio, plus de vin, plus d'alcool, l'abstinence totale, c'est du grand n'importe quoi.

Le professeur Kahyat éminent cancérologue dit le contraire dans ces livres pourquoi? Le vin rouge contient des polyphénols qui sont bons pour le sang et le cœur, et comme pour le reste il faut boire peu, mais bon, la viande c'est pareil.

Quand au bio, laisser moi rigoler, à moins d'avoir la chance d'avoir un petit maraicher en bio ou agri raisonné, il est bien difficile de manger bio et surtout français. Dans la grande distribution et les filières industrielles, ils ont bien sentit le filon (l'argent qui ruisselle) en augmentant le rayon bio, courgettes, tomates, aubergines même en hiver!!!!, citrons, oranges....... d’Espagne,  clémentines,oranges, du Maroc, ananas du Kénia, du quinoa qui vient du Pérou (alors que l'on en produit en Anjou) , de l'ail d’Afghanistan,  sans aucune garantie, les normes bio sont différentes à chaque pays je ne parle même pas de l'empreinte carbone.

Les lobbies anti tout ont trop d'espace dans les médias, ils viennent donner des leçons de bêtises, sans études sérieuses. Prenons les aliments sans gluten, seulement 2/3% de la population présente une intolérance au gluten.

Bref ras le bol de ces mauvais génies, souvenons nous nos arrières grand parents, grand parents, parents buvaient du vin tout les jours, ils étaient plutôt en bonne santé et avaient moins de cancer que nous grâce à une alimentation plus saine, pas de pesticides, d'engrais chimiques!!!! Les vignes étaient moins traitées, les agriculteurs moins irresponsables, aujourd'hui des territoires prennent des décisions pour interdire la chimie agricole.

Un exemple que je connais bien c'est l’ile D'Oléron ou j'habite, la communauté de commune à pris une décision incontestable et incontestée elle a décrété le territoire terre saine, les vignerons, les agriculteurs et maraichers ont dut se convertir,

Ces mêmes thuriféraires feraient mieux de se poser la question, est-ce que je ne vais pas abimer mon pays, lorsque je prends un vol "low cost" pour aller prendre mes vacances au bout du monde?

Malgré mon cancer je continue et je continuerais à boire du vin, modérément, bio ou agriculture raisonnée, voir bio dynamique, ou chez des vignerons respectueux de leurs clients et de l’environnement.

Bonne année 2019 et champagne! Jean-Yves

le 10/01/2019

.

le 11/01/2019

@pseudo-masqué‍   @pseudo-masqué‍ 

Plutôt d'accord, oui .....c'est au consommateur de réfléchir un minimum avant d'acheter n'importe quoi au vu d'une étiquette : garder sa liberté de penser est essentiel  et  ne pas hésiter à aller à contre courant en l'absence de bon sens  ou de  bonnes pratiques. ( y compris pour le bio.....)

" Seul deux choses sont infinies: l'univers et la bêtise humaine; en ce qui concerne l'univers, je n'en n'ai pas acquis la certitude absolue"  Einstein.

le 12/01/2019

@St Trojan bonjour, je suis d'accord avec toi comme je l'ai déjà dit, une bonne nourriture saine avec de temps en temps de petites exceptions ne vont pas nous tuer. Manger Bio, il faut déjà avoir les moyens financiers car n'oublions pas que beaucoup de personnes ne peuvent pas faire face à de telles dépenses. Les tomates en hiver, elles ne sont sûrement pas Bio comme les agrumes qui viennent de l'étranger. Chacun est libre de penser et de manger ce qu'il veut.

je refuse de dépenser davantage sous prétexte que c'est bio 

bonne annee🍾🍸

Bon week-end à tous.

gros bisous

Marie-France / etiennou

le 12/01/2019

@pseudo-masqué Merci Marie France et bonne année 2019 qu'elle t'apporte joies, bonheur et surtout la santé.

Nous devons conserver des moments de plaisir, sinon ce n'est plus une vie!!!

Grosses bises et à bientôt sur le forum Jean-Yves

ps: je viens de rentrer de ma troisième Lutathéra,qui s'est très bien passée.

Vous aimerez aussi

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Lire l'article
Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Lire l'article
Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Lire l'article