Sensibiliser les gens à la spondylarthrite
Spondylarthrite ankylosante

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg

Je ne cesserai jamais d'être active pour faire connaître la Spondylarthrite

Découvrez le témoignage de Karine, membre Carenity et déterminée à faire connaître la Spondylarthrite ankylosante.

1 - Bonjour Karine, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ? 
Bonjour Léa, j'ai 41 ans et je vis en couple dans le nord à Maubeuge à 30 minutes de Valenciennes. Nous avons un fils de 10 ans, je travaille dans une administration depuis 19 ans.

2 - Comment avez-vous appris que vous étiez atteinte d'une Spondylarthrite ankylosante et au bout de combien de temps ?
Je voyais régulièrement mon rhumatologue pour des hernies discales depuis 10 ans, du moins je le croyais. En septembre 2015, les douleurs étaient insupportables.  J'ai pris rendez-vous chez mon rhumatologue, je lui ai dit tout simplement que j'avais mal partout tout le temps, l'impression que mes muscles allaient "éclatés". La nuit, c’était l'enfer je ne dormais plus.

Mon rhumatologue m'avait prévenu du but de mon IRM ainsi que de la recherche du gêne HLA B27, si j'avais quelque chose aux sacro-illites...

En sortant de l'IRM, on m'a dit de but en blanc que j'avais une spondylarthrite. Autant vous dire que je n'en menais pas large. Quelques jours plus tard, le laboratoire m'a envoyé le résultat positif au HLA B27.

J'ai cherché sur Internet et j'ai découvert le site Carenity. Je n'ai pas hésité à m'inscrire.

3 - Connaissiez-vous cette maladie ?
Non, je ne connaissais pas du tout cette maladie, je me sentais perdue. Cela m'a interpelé de voir que beaucoup de gens souffraient et que je n'étais pas la seule. C'est pour cette raison que j'ai eu envie de faire connaître cette maladie, j'ai d'abord commencé par faire un petit blog, et puis j'ai demandé à ce que mon blog paraisse sur Carenity.

En parallèle, j'ai découvert l'histoire de Coralie Caulier Grande Patiente. Son clip m'a touché et cela m'a encore plus motivé à continuer. Je l'ai contacté sur Facebook, Je la remercie d'ailleurs pour ses réponses.

Ma volonté de faire connaître cette maladie s'offre à moi, aussi je rejoins le combat de Coralie.

Le public a le droit de savoir, avoir la possibilité de comprendre cette maladie invisible, sournoise, capricieuse aussi. Je pense que cela peut aider beaucoup de personnes.

Cette démarche me tient particulièrement à cœur et je ne cesserais jamais d'être active dans ce sens.

4 - Comment vivez-vous ces trois premiers mois avec la maladie ?
Honnêtement, pas très bien. Je n'accepte pas encore la maladie et j'ai décidé de me faire suivre par un psychologue. Attendre que cela passe, je ne pense pas que cela soit une bonne idée et puis, il n'y a pas de honte à demander de l'aide :)

Ma crainte est portée sur mon fils, est-il porteur du gêne ? On m'a déconseillé de lui faire faire le test actuellement, il sera encore temps lorsqu'il sera adulte.

Physiquement, cela dépend des jours, hier j’ai eu très mal, aujourd'hui nettement moins. Je prends de la cortisone et un anti-inflammatoire (le 3ème en 3 mois).

5 - Comment a réagi votre entourage ? 
Mon mari, présent le jour du diagnostic "officiel" chez le rhumatologue, m'a toujours soutenu malgré mon impression de son incompréhension. Le fait qu'il entende de lui-même, il a compris tout de suite que ce n'était pas anodin et tente de m'aider comme il peut.

Mon fils, malgré son jeune âge, a également compris, Je ne lui ai pas caché, tout en minimisant le mieux possible. Mon fils m'a demandé de dire que c'est compliqué pour lui, il n'a plus la même maman :(

Le reste de ma famille, mes amies peu nombreuses mais bien présentes ainsi que mes collègues les plus proches tentent de comprendre à leur façon et prennent régulièrement de mes nouvelles.

Il n'est pas évident de comprendre lorsqu'on ne sent pas les douleurs.

6 - Vous allez prochainement commencer la biothérapie. Etes-vous confiante dans ce processus ?
Confiante, je ne dirais pas ça, mais disons que je porte un grand espoir sur la biothérapie. A priori, la plupart des gens l'a supporte plutôt bien, voire même une renaissance pour certains.

J'espère que ce traitement de fond me permettra, à moi aussi, de retrouver une vie normale avec des activités avec mon mari et mon fils. Actuellement, je ne supporte pas beaucoup de marcher et de faire des trajets en voiture.

7 - En quoi Carenity vous aide dans votre quotidien ? 
Carenity m'aide, effectivement au quotidien, nous avons la possibilité de rencontrer des personnes qui nous comprennent instantanément, bénéficier de conseils, en donner à notre tour, nous pouvons communiquer en toute sécurité.

Je me connecte tous les jours, je remplis régulièrement mon tableau de bord, mon traitement, au fil du temps, l'historique se fait automatiquement et je pense que c'est un vrai avantage que nous offre Carenity, car on prend rarement le temps de tout noter soi-même.

Les enquêtes qui nous sont proposées sont faites pour faire avancer la recherche, aussi je conseille à chaque patient de prendre un peu de leur temps pour remplir ces sondages et ces enquêtes.

8 - Auriez-vous des conseils ou astuces à transmettre aux personnes concernées par la SPA ?
Je conseillerai de ne pas rester seul dans la douleur, parlez-en autour de vous. La famille généralement ne peut pas se substituer aux autres patients, qui, eux comprennent plus facilement. Et surtout n'hésitez pas à demander de l'aide aux professionnels de santé si vous en éprouvez le besoin. Continuez à travailler si possible.

Je conseille également de remplir le tableau de bord, les traitements régulièrement. Vous verrez, d'un mois à l'autre, on peut déjà se rendre compte de notre évolution, qu'elle soit plus ou moins positive, face à la maladie.

9 - Auriez-vous un dernier message à transmettre à nos lecteurs ?
Toujours garder le sourire :) Communiquer, s'ouvrir aux autres.

Je tiens à remercier Carenity pour cette interview ainsi que mon mari, mon fils, ma famille, mes amies et mes proches collègues qui se reconnaitront et Coralie Caulier qui m’a encore plus motivé à me battre :) 

Vous souhaitez découvrir le blog de Karine ? Cliquez ici.

___

Commentaires

S'inscrire pour commenter ce témoignage
le 12/01/2016

Bon courage surtout

Amicalement

le 11/01/2016

Merci Lea.

Bon courage Karine.

le 01/03/2016

Bonjour comme dit Papa 58 on s'habitue à la douleur et avec elle il faut continuer à vivre son quotidien. C'est pour cela que l'on devient un peu " maso" en essayant de faire plus qu'on ne peut pour se prouver que l'on va y arriver. Un petit conseil il ne faut pas se renfermer dans cette maladie sournoise qui tous les jours vous fait souffrir dans une partie différente de votre corps, il faut toujours aller de l'avant. Si l'on aime la danse ne pas s'en priver, même si le lendemain on a mal partout on sait d'où cela vient. Bon courage à vous tous et profitez bien de la VIE

le 12/01/2016

Bonjour Angelina

Tu as raison de faire connaître cette maladie si difficile a détecter, il faut plusieurs années pour poser le diagnostic, atteinte a l'âge de 19 ans j'ai étais diagnostiquée à  52 ans, car à l'époque ont ne connaissez pas trop et il n'y avait aucun traitement pour arrêter les crises d'inflammations. Moi c'est un dentiste a la  suite a des problèmes d'inflammation aux gencives qui m'a révélé que je devais avoir une maladie génétique  car l'examen biologique faisais apparaître plusieurs bactéries dégénératives.Ma mère et un de mes frère ont la même maladie. Je précise qu'il y a DES SPONDYLATHRITES car tout le monde n'est pas atteint de la même façon. Beaucoup de souffrance avant, paralysie totale des membres inférieurs, opérations d'hernies discales, prothèse total d'un genou. Je garde le moral et je vis dans l'espérance du progrès et de la recherche pour soulager les patients sans trop d'effets secondaires.

Bon courage à toutes et tous.

Amicalement.

Lili

le 01/03/2016

Bonjour

@momo40, je suis absoluement d'accord avec toi, pour moi aussi c'est jardinage et plantation de fleurs, j'y vais doucement cela fais 3 jours que j'ai commencé 1/2 heure le 1 er jour, hier 3/4 d'heure et ce matin 1 heure, je n'ai pas plus mal que les autres jours ou je ne fais rien, alors j'en profite car je ne pense pas a la maladie pendant cette activité. et si demain j'ai mal c'est pas grave je suis habituée a la douleur.

Bon courage a tout le monde.

le 27/02/2016

Bonjour tout le monde je vous souhaite beaucoup de courage et de force pour supporter ce mal méconnus de beaucoup de Monde moi j'en souffre ce n'est pas grave avec les Années je me suis habitué a souffrir ,mais je comprend votre douleur et Compatis complètement Cordialement 

le 27/02/2016

Bonjour 

Je comprends et compatis. 

le 27/02/2016

Bonjour les filles.. !!

Même pathologie que lili1763.. mais au stade paralysie des membres inférieurs.. courage !!