Le témoignage de Christine
Herpès génital

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg

Herpès génital : le témoignage de Christine

Retrouvez dans cet article l'interview de Christine, membre Carenity, qui est atteinte d'herpès génital.

1 – Bonjour Christine ! Pourriez‐vous vous présenter en quelques lignes ?
Bonjour ! Je m'appelle Christine, j'ai 52 ans, je suis mariée et sans enfant. Je souffre d'herpès génital et je suis invalide en catégorie 2. 

2 – Vous vous êtes inscrite sur Carenity notamment parce que vous souffrez d’herpès génital.  Savez‐vous comment le virus vous a été transmis ?
Selon moi, la transmission du virus n'a pu avoir lieu que lors de l'utilisation de toilettes publiques.

3 – Qu’est ce qui est le plus compliqué à gérer au quotidien lors des périodes de poussées ?
Pour moi ce sont les démangeaisons, les brûlures et les saignements qui sont les plus difficiles à gérer dans mon quotidien lors des périodes de poussées.

4 – Pensez‐vous que les traitements actuels contre la douleur sont efficaces ?
Pour ma part, je n'ai pour le moment trouvé aucun traitement efficace contre la douleur.

5 – L’herpès génital touche plus de 530 millions de personnes dans le monde. Pourtant, il s’agit d’un sujet encore relativement tabou en France. Arrivez‐vous facilement à en parler avec les professionnels de santé ?

Non pas du tout, seul mon gynécologue avait dû le voir dans mes analyses, mais il ne m’a rien dit. C’est pendant un séjour à l’hôpital, et après des examens que l’on s’est aperçu que je faisais de l’herpès génital. Mais même à ce moment là, les médecins n’ont rien fait et n’ont pas essayé de traiter la poussée. Seul mon médecin traitant m’a donné de la pommade et du gel de lavage.

6 – Selon vous, en quoi Carenity peut aider les personnes touchées par l’herpès génital ? 
Sur Carenity on trouve des conseils pour se soigner et notamment des avis sur les produits à utiliser. D'une manière générale, c'est toujours bien d'avoir l'avis d'autres malades atteints de la même pathologie que soi.

Commentaires

S'inscrire pour commenter ce témoignage