Comment survivre aux problèmes articulaires
Douleurs chroniques

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg?1516194360

Neuf opérations en cinq ans

Voici le témoignage de Céline, 45 ans, membre de Carenity atteinte de problèmes articulaires. A travers son histoire et ses expériences, découvrez comment la douleur a envahi tout son quotidien en cinq ans à peine. 

Comment a débuté votre calvaire ?

Avec un problème au dos qui s’est avéré être une hernie discale. Vu que je n’avais plus de réflexes dans la jambe, ils n’ont pas hésité à opérer le 19 décembre 2012. La première opération d’une longue série. Trois semaines après, je ne pouvais pas m’assoir. Sur les conseils des neurochirurgiens, je restais couchée ou debout...

Trois mois après, en sortant de la voiture, douleur fulgurante à l’aine droite. Tellement forte que j’ai dû aller aux urgences. Radios, IRM et là, le verdict tombe : j’ai une lésion du bourrelet. En gros, j’ai la tête du fémur qui n’est pas correctement à sa place. On a bien essayé la physio et les infiltrations mais, hélas, sans succès. Deuxième opération le 14 mars 2014.

Ensuite, c’est mon épaule droite qui a commencé à poser problème. Je ne pouvais plus lever le bras. Radio à nouveau et là, tendinite calcifiante. Infiltration encore mais rien n’y fait. On m’opère en septembre 2014. Suite à cette opération, j’ai eu une capsulite qui m’empêchait de dormir tellement j’avais mal. Nouvelle opération en février 2015. 

Après, il y eu la hanche droite, et vu que j’avais des blocages à répétitions, j’ai eu le droit à deux prothèses de hanche. Il y a eu aussi deux opérations à l’épaule gauche pour le même problème. Je fabrique du calcaire et on ne sait pas pour quelle raison.

Quel est votre état aujourd’hui ?

J’ai subi neuf opérations en cinq ans et une quinzaine d’infiltrations. Et j’ai, à nouveau, un problème à l’épaule gauche. Et au dos... Mon rhumatologue m’a proposé une infiltration de Botox. Cela permettrait d’endormir mes muscles et être un peu tranquille pendant quelques mois.

Quel est votre pathologie et votre traitement ?

J’ai la maladie des douleurs chroniques suite à toutes mes opérations. Ça a fragilisé mes tendons, mon cartilage mes muscles, etc.

La douleur m’accompagne tous les jours. Je suis bien évidemment sous anti-dépresseurs pour tenir. Au niveau des médicaments, je prends de la morphine, du Xanax, Temesta. Je crois connaître tous les médicaments et avoir tout essayé....

Comment vit-on avec la douleur ?

Une infirmière en psychiatrie vient à la maison une fois par semaine pour essayer de m’aider à sortir prendre un peu de plaisir mais j’ai beaucoup de mal à en trouver.

Quand la douleur prend le dessus sur tout, c’est quasi-invivable. Mais j’ai de la chance d’avoir un mari et des enfants qui sont présents.

Je n’ai pas l’impression de vivre ma vie mais plutôt de la subir.  Et aussi d’être spectatrice et non actrice de ma vie. C’est un sentiment étrange mais c’est mon ressenti.

J’en peux plus des physio, ergo, magnétiseurs, etc. C’est pas faute d’avoir tout essayé.

Avez-vous un message à transmettre aux personnes dans la même situation que vous ?

J’avais envie de partager cela avec vous tous. La famille est là mais c’est pas toujours évident d’en parler. Ici, c’est le bon endroit, il me semble.

Prenez soin de vous. C’est tellement important.

avatar
le 15/11/2017

Neuf opérations en cinq ans, cela fait beaucoup ! Etaient-elles bien nécessaires ? J'ai eu une tendinite calcifiante, il y a quelques années et elle a disparu toute seule après quelques mois. La chirurgie n'est pas toujours la seule option.

Prendre soin de soi est effectivement très important, que ce soit en observant des règles de diététique, en pratiquant une activité sportive ou en acceptant la douleur plutôt que de s'y opposer. Des exercices de sophrologie peuvent aider à la relaxation. 

J'espère pour Céline que son futur sera plus serein.

avatar
le 16/11/2017

C'est peut-être dur à entendre, enfin à lire ici mais j'avoue que de voir d'autres personnes qui souffrent aussi énormément et qui ont des pensées qui me sont communes me permet d'être moins centrée sur moi-même et du coup, de relativiser un peu car il me semble faire partie d'une communauté qui aurait tendance à mieux comprendre que ceux qui ne souffrent pas. bien sûr, j'espère quitter cette communauté très vite et rejoindre les bien portants mais je me dis que quand cela arrivera,je n'apprécierai que davantage la bonne santé, prendrai plus soin de mon corps et de ma tête. Courage. Tous mes voeux de meilleure santé.Beatrix

avatar
le 17/11/2017

Très beau témoignage

Courage à toi

avatar
le 18/11/2017

La pauvre Céline est tombée sur des excités du bistouri ! je suis d'accord avec Vonitaf, il faut finir par accepter sa douleur pour pouvoir la supporter et l'affronter mais parfois moi aussi je désespère. Par contre je me suis rendue compte que les anti dépresseurs ne m'aidaient pas vraiment alors j'ai arrêté. Je me trouve un tas de petites activités, sport, lecture, etc... car il faut absolument réussir à penser à autre chose que sa douleur. C'est le plus difficile car c'est sur, c'est totalement obsessionnel.

En tous cas Céline et tous quel courage,

Prenez soin de vous

avatar
le 20/11/2017

Bonjour Céline, c'est très dur à entendre votre souffrance, comme le dit si bien Domi il faut essayer de s'occuper mais pas facile quand ont souffre autant.

Courage, je pense bien à vous

Anne-Marie   

avatar
le 21/11/2017

Je rejoins Céline, gérer la douleur n'est pas chose facile. Comme Céline j'ai eu recours à de la morphine et d'autres++++/!!!.

+/- 25ans que je suis atteint de douleurs multiples et intenses, toutes les articulations sont atteintes, de même que mes artères (Calcification). Gérer sa vie est une chose que seule la personne concernée peut faire, je reste actif, bricolage à ma mesure, le contact extérieur avec les autres est très important, ne pas perdre pieds car souvent c'est la réalité. Oublier où accepter sa douleur me laisse septique, comment voulez vous oublier que, au levé, la journée, la nuit qui ne devient que gémissements ! Pas facile tout cela, mais j'y arrive enfin, je le crois. Je reste et m'intéresse beaucoup à tout. J'ai réussi à travailler près de 40 ans, et de ce fait, n'ai droit à rien ! Aide 000. Mon état immunitaire est déficient du fait de la chronologie de la maladie, j'ai dû me faire Vacciner contre pas mal de choses, prendre des compléments pour améliorer mon système immunitaire, toutes les articulations sont où finissent par se déformer. Fractures spontanées et j'en passe ! C'est une inflammation chronique qui ne vous lâche jamais et qui vous dévore à petit feu, et malgré tout, il faut tenir en se disant qu'il y a pire que soit

Pour conclure, il n'y à plus aucune qualité de vie dans tout cela. Après +/- 30 ans de souffrance, cela n'est plus une impression mais une vérité,... Voilà mon ressenti le bonjour vous va,...

avatar
le 25/11/2017

Mon mari à était aussi opérer hernie discale plus residive inplantation d un neuro stimulateur et en 2016 implantation d une prothèse puis décompression du nerf et enfin j espère que c est la dernière implantation d une plaque tout cela pour un hernie discale  ces fait 25 ans qui souffre tu vois tu n ai pas la seule  pour moi c est dur de le voir autant souffrir bon courage. je suis de tout cœur avec toi  Myriam

avatar
le 30/11/2017

Bonjour,

Tout d'abord un grand merci pour vos messages de soutien que j'ai vu lors de mon retour de l'hôpital ou j'ai passé une dizaine de jours pour mes problèmes de dos!

J'ai pu être à peu près soulagée grâce à des perfusions de morphine. Mais les médecins étaient vraiment démuni face à mes douleurs. Pendant mon séjour à l'hôpital mon Rumatho est venu me voir et m'a parlé d'une technique qui pourrait être une solution à mes douleurs. La thermo Coagulation. En gros le médecin spécialisé dans les douleurs fait des infiltrations tests et en fonction du résultat il brule les nerfs qui sont responsables des douleurs mais qui repoussent au bout d'une année.

Vendredi dernier j'ai eu un RDV à Berne avec un spécialiste qui a pu directement me faire ces fameuses infiltrations. Ensuite il m'a demandé d'aller marcher pendant 15 minutes et voir comment je me sentais. J'étais à 7 sur 10 et 15 minutes plus qu'à 1.

J'étais donc réceptive pour cette opération ambulatoire. Cela s'est passé hier matin.

Je souffre assez mais c'est normal. Cela devrait se calmer au bout de deux semaines. Mais le résultat final est après 6 semaines. Si cela va mieux au bout de deux semaines j'irai faire le coté droit qui me fait mal également. Je trouve par contre très frustrant d'avoir appris cette méthode seulement maintenant...

Car si ça fonctionne j'aurais pu éviter de souffrir depuis longtemps. Surtout qu'il pratique cela pour le dos. la nuque et les hanches!

Je ne sais pas si quelqu'un d'entre vous connaît cela mais si c'est le cas j'aimerais vos sentiments.

A bientôt 

Céline

avatar
le 03/12/2017

Bonjour Céline,

C'est impressionnant ce vécu médical. Je te tire ma révérence pour relativiser avec une maladie chronique car peu y arrive. Ma maladie (épilepsie) que j'ai depuis + de 45 ans, et bien j'ai vite relativiser sur le sens de la vie de l'être humain et j'accepte très facilement le handicap et l'invalidité dont certains subissent.

Merci pour ce témoignage poignant que je viens de découvrir.

avatar
le 06/12/2017

Bonjour,

J’en peux plus des physio, ergo, magnétiseurs, etc. C’est pas faute d’avoir tout essayé.

Par contre, vous en pouvez encore de la médecine traditionnelle, médicaments, bistouris etc.... Qui eux vous laissent des séquelles !

Votre corps est capable de s'auto-guérir, il faut comprendre le pourquoi de la douleur. Le mal a dit, écoutez le.

Bonne guérison

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & confidentiel