Vivre avec l'obésité et le diabète
Diabète de type 2

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg?1516194360

Devenons acteurs de notre diabète

Gisèle, membre Carenity et diabétique de type 2 n'a pas eu la vie facile. Découvrez ici son témoignage plein d'émotion.

1 - Bonjour Gisèle, pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?
Je m'appelle Gisèle, j'ai 67 ans et je suis retraitée. J'ai eu une vie professionnelle que j'aimais : j’étais infirmière au service des autres, un métier de relation. Et à la retraite je reconnais que c'est le vide maintenant. Quand on travaille on est vivant, je ne me suis pas assez préparée, mais il faut y penser. J'ai beaucoup déprimé à cette époque. Perdre son statut social, ses collègues, cette vie trépidante, il m'a fallu du temps pour retrouver mes marques et me refaire un tissu social.

2 - Comment avez-vous découvert que vous étiez atteinte d'un diabète de type 2 ?
A la naissance, je pesais 5kg, un gros bébé déjà en surpoids. Maman me nourrissait trop bien et mal : beaucoup de féculents à tous les repas, de crêpes, de fars bretons… Mes parents n'étaient pas riches, ils se sont installés après la guerre 39/45, et papa s'est installé comme menuisier, on ne mangeait pas équilibré, et maman la diététique, elle ne connaissait pas. Elle n'avait pas appris de ses parents non plus. 

A 12 ans je pesais 82kg et maman ne réagissait pas, elle me disait : "à la puberté tu vas maigrir". Je n'ai pas maigri, j'ai souffert du regard des autres on m'appelait l'éléphant ou le mammouth. Le manque d'éducation alimentaire vous poursuit toute votre vie, les mauvaises habitudes alimentaires aussi. 

A 16 ans maman m'a fait suivre un régime chez un médecin qui m'a donné des diurétiques et des hormones thyroïdiennes. J'ai beaucoup maigri et j'étais une vraie pile électrique. J'ai failli mourir et j'ai quitté mes parents pour venir à Paris suivre mes études d'infirmières. J'ai commencé ma vie professionnelle à 20 ans, de nuit (horloge biologique inversée) ce n'était pas bon pour le régime et petit à petit j'ai recommencé à grossir, seule à Paris. J'ai rempli ce vide par de la nourriture. Ensuite je me suis mariée et j'ai eu un garçon. Mon mari est décédé à 34 ans, ce fut un fiasco, une période de stress intense, de peur. A ce moment j'étais dans un état pré-diabétique. Le diabète s'est installé peu à peu. En 1997, j'avais des abcès à répétition, des bronchites et un bilan biologique a confirmé le diagnostic. J'ai été mise sous metformine et un régime diététique. 5 ans après sous insuline, j'ai beaucoup culpabilisé, je m'occupais tellement des patients que je ne m'occupais plus de moi, j'étais en colère contre moi. Ce fut un choc, puis je me suis ressaisie j'ai fini par tenir tête à mon nouveau compagnon qui me rappelait toujours à l'ordre. Le diabète m'a isolé des autres, je ne pouvais pas aller au restaurant, les gens ne comprennent pas, "un petit dessert ne te fera pas de mal"… c'est un supplice les fêtes et ses repas.

3 - Quelle fut votre réaction et celle de vos proches ? Vous attendiez-vous à ce diagnostic ?
Devant une maladie chronique, il faut faire le deuil de son état antérieur, on passe par beaucoup d'étapes : choc, culpabilité, déni, dépression et acceptation. Mes proches n'ont pas compris, on m'offre encore des chocolats pour Noël...

Je me doutais qu'on arriverait à ce diagnostic un jour ou l'autre car il y a aussi des diabétiques dans ma famille.

4 - Etant infirmière, vous connaissez le milieu médical. Cela a t-il eu un impact sur la gestion de votre diabète ?
J'ai pris rendez-vous avec un spécialiste diabétologue qui m'a suivie : bilan biologique, cardio, OPH, rénal, régime alimentaire, traitement médical… Je suis devenue patiente à mon tour, de l'autre côté de la barrière. J'ai eu des appuis de la diététicienne de mon service, rien de plus. Je me suis gérée presque seule, j'ai demandé une formation sur l'éducation du diabète qu'on m'a refusée mais j'ai beaucoup appris par internet.

5 - Pensez-vous que votre obésité a compliqué la gestion de votre diabète ?
Bien sûr l'obésité a compliqué ce diabète car tous les régimes ne m'ont pas servis. Le régime tue le régime : l'effet yoyo épuise le pancréas. Maintenant j'ai un régime alimentaire équilibré : ce n'est pas le mot régime qui convient c'est un rééquilibrage alimentaire.

6 - Quelles ont été les pires difficultés que vous avez rencontrées jusqu'à maintenant ?
La pire difficulté que j'ai rencontré c'est la mise sous insuline d'un jour à l'autre. On m’a dit "vous êtes infirmière pas besoin d'hospitalisation, vous saurez gérer". C'est un tort de répondre cela, j'avais besoin de réponses à mes questions, au bout de 6 mois j'ai demandé une hospitalisation d’une semaine où j'ai appris à mieux me gérer. J'avais 4 insulines (3 rapides et 1 lente au coucher) il faut savoir doser ses insulines augmenter ou diminuer, maintenant ça va.

7 - Quel message, quels astuces pourriez-vous donner aux personnes atteintes d'un diabète ?
Suivre les consignes des médecins, éviter les hypoglycémies, éviter le stress, faire de la marche, de la natation, du sport doux, avoir une alimentation équilibrée, une vie saine, un bon sommeil, bien remplir le carnet de surveillance, faire de la relaxation, avoir toujours sur soi 3 sucres en cas d'hypoglycémie, avoir connaissance des signes de complications pour réagir, vivre le plus sereinement possible et avoir des passions et des sorties. Je me suis mise à la peinture et à la marche tous les matins. Allons de l'avant et devenons acteur de notre maladie afin de mieux la gérer !

8 - Vous êtes inscrite sur Carenity depuis 2014, qu'est-ce que Carenity vous apporte dans votre quotidien ?
Carenity est un site de partage et d'échange avec d'autres patients. C'est une force pour nous, j'ai des réponses à mes questions. On aide aussi les autres. La vie mérite d'être vécue, respectons là, et accepter sa maladie faisant partie de nous-même.

_

avatar
le 27/11/2017

Bonjour Gisèle     Merci pour votre témoignage touchant et intéressant. En ce qui me concerne je me pose la question car j'ai différents troubles et j'aimerais savoir comment reconnaître un diabète de type 2. Je souffre: de psoriasis pustuleux et unguéale, niveau des doigts et pieds; VHC génotype 5 traitée par Epclusa. On vient de découvrir des calculs rénaux (ce printemps!) Opérée d'une tumeur cérébrale, 4 comas avec chocs anaphylactiques car allergique aux produits pour anesthésie générale. J'ai d'autres maladies et opérations difficiles qui m'ont "changé" la vie mais surtout je souffre énormément ce qui détruit ma vie, je suis d'un tempérament joyeux mais je suis épuisée, je ne vais pas vous ennuyer.            Votre témoignage sur votre découverte et vie avec le diabète et l'obésité m'ont touché et appris sur cette maladie.                                                                    J'ai la nausée au quotidien donc je mange peu et je suis progressivement passée d'une Taille: 36 - 38 - 40 puis 42, mon ventre et estomac sont gonflés. Je cicatrise mal, j'ai de temps à autre de l'hypoglycémie, vertige et j'ai le cœur qui s'emballe avec des pulsations dans la tête et je me mets à transpirer abondamment , dans ces moments je ne peux plus bouger, j'attends que ça passe...Ce peut être une émotion, ou rien. Mais ce ne sont pas les bouffées de chaleur de la ménopause, rien à voir! Vous expliquez très bien votre cas avec détails et sobriété mais surtout vous donnez de l'espoir aux "malades". Si vous avez la possibilité de me conseiller et me dire quels examens médicaux passer pour voir si je suis susceptible d'être atteinte de diabète, ce n'est pas facile à déterminer paraît-il?!... Portez-vous bien, bravo pour votre courage (la vie ne vous a pas épargnée) Au plaisir et à l'espoir de vous lire.    TOUPOU

avatar
le 13/02/2018

les docteurs sont des ordures j avais 4.30 de diabete a l avant derniere analise a la derniere je n en ais plus j ais regardé internet heureusement j ai pris berberine canelle de ceylan et ginemia sylvestre voila et je dois dire ce n a pas ete long les toubibs sont des salots !!!!!!!!! je ne prend plus un medoc il a les plantes medicinale bb

avatar
le 27/02/2018

Bonjour Gisèle Merci pour votre témoignage , pour votre courage , pour votre combat, vous n'avez pas baissè les bras

 ...je suis tout à fait d'acord avec vous :   La vie mérite d'être vécue, respectons là, et accepter sa maladie faisant partie de nous-même

avatar
le 25/10/2016

je ne connaissais pas l'effet Hawthorne mais je l'ai vécu avec deux docteurs, et je savais par instinct que ça fonctionnerais mieux avec un docteur qui m'écoute et c'est déjà essentiel !!!

Et la guérison spontanée !!! Je l'ai vécu et le toubib me dit que j'ai été mal diagnostiquée ! Ca me fait trop rire, le principal pour moi c'est que j'ai arrêté trois médicaments depuis avril. Ok, vous allez me prendre pour une folle mais depuis decembre je dis des phrases positives comme "je suis guérie" et bizarrement je supprime de plus en plus de médicaments.

Je suis comme vous Gbretagne, j'ai besoin de croire que je vais guérir, j'ai besoin de cet espoir, ou sinon j'arrête de vivre... Garder le moral c'est essentiel !

Je suis interressée par vos habitudes alimentaires, de mon coté j'ai supprimé le gluten, le lactose et le sucre depuis 2 ans et ça va déjà beaucoup mieux, le diabète est stabilisé à 6, j'ai perdue 10 kg, je suis moins fatiguée, moins de cernes, plus de migraine et un meilleur moral, contente de trouver une alien comme moi lol

avatar
le 26/10/2016

le régime seignalet je connais, ça ressemble au sans gluten, sans lactose et sans sucre. Il y a le régime cétogène qui marche bien d'après ce que je lis sur un groupe facebook, c'est des témoignages de diabétique, donc je ne vois pas l'intérêt qu'ils auraient à mentir. Parfois il publie leur glucémie sur des appareils qui font une courbe pour la journée, c'est très stable et ça tourne autour de 5 d'hémoglobine glyquée les types 1 diminue leur dose d'insuline et les types 2 arrêtent ou diminuent leur médicament.

Pour le régime cétogène il faut enlever le riz, les pomme de terre, tous les sucres lents mais honnêtement j'ai fait tellement de régime dans ma vie, je connais les conséquences, je fais des dépressions atypiques et j'arrête le régime et je reprend tous mes kilos avec 10 ou 20 kg de plus en cadeau, alors je ne pense pas que j'y arriverais un jour. Je peux diminuer un peu mais pas arrêter les sucres lents. si tu te sens capable de faire ce régime je te donnerais le nom du groupe facebook

avatar
le 26/10/2016

matinclair, je faisais comme toi avant mon régime sans gluten, sans lactose et sans sucre, il parait que ça s'appelle des intestins poreux, je ne sais pas si il existe des médicaments pour soigner ça, et comme mon régime m'a guéri, j'en ai même pas parler à mon toubib qui est contre tout les trucs qui se guérissent comme ça lol. J'ai changé de toubib d'ailleurs à cause de ça, tiens il faudrait que je lui pause la question.

Par contre si je remange un peu trop de gluten, ça reviens en force et avec des douleurs très forte dans le ventre, et diarrhée phénoménale

avatar
le 26/10/2016

ça peut paraitre bizarre mais une cuillère à soupe de vinaigre de cidre soigne imédiatement les brulures d'estomac, c'est un truc de grand-mère qui marche vraiment, j'ai testé pour vous ! Plus je te lis, plus je suis d'accord avec toi Gbretagne !

avatar
le 30/10/2016

ben le professeur Joyeux il écoute les grand-mères lol

avatar
le 31/10/2016

oui, je connais aussi ce monsieur, j'ai voulu juste faire de l'humour et je sais bien que la maladie touche tout le monde puisque j'ai commencé à 18 ans, elle atteint même les bébés puisque le bébé de ma cousine est mort à 2 mois, j'ai juste essayé de faire un peu d'humour

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 164 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & anonyme