On est malade alcoolique toute sa vie
Dépendance à l'alcool

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg?1516194360
avatar
le 11/03/2018

Bravo et 18 ans d'abstinence est tout à fait à ton honneur.

Très beau témoignage et très juste  de ta part mais je savais tout cela car les AA que j'ai rencontré avaient la même prudence que toi, pas de plats cuisinés avec de l'alcool, pas de chocolat avec alcool etc....et restaient extrèmement vigilents.

j'en ai rencontré qui ont rechuté au bout de 30 ans d'abstinence...ils ont bu un verre et peu de temps après le tonneau, ensuite on a aussi le droit à la rechute, il faut juste recommencer, sans les culpabiliser.

Reste prudent et prends bien soin de toi.

Maryse

avatar
le 15/03/2018

j'ai souffert de cette dépendance à l'alcool pendant plus de 15 ans, pourquoi je suis tombé dans ce tourbillon qui m'a fait perdre le gout de vivre, qui a brisé ma vie au point que j'ai perdu la confiance de mes proches car malgré plusieurs séjour en clinique (7) (cure de desintox) à chaque sortie je pensais que j'allais m'en sortir mais ré affronter la réalité du dehors, le regard et les soupçons des gens quant à ma possible et réelle "guérison" me faisait rechuter. Je dois remercier aussi le personnel d'une association (le csapa) qui vient en aide aux personnes addictes, ils ont été présent pendant plus de 5 ans et c'est aussi grâce à eux que je suis abstinent aujourd'hui. 

j'ai perdu ma famille, tous ont soufferts, j'ai perdu mon emploi, ma maison, mon permis de conduire......aujourd'hui je suis abstinent totalement mais a quel prix ? 

Mon corps est détruit, plus de pancréas, un fois nécrosé, cirrhose, une polyarthrite, j'ai du faire face à 3 grosses hémorragies œsophagienne, passer des mois et des mois en hôpital dont des semaines entière en soins intensifs.

Si aujourd'hui je ne bois plus c'est parce que j'ai frôlé de très très près  la mort, j’étais comme l'ont dit les médecins : en partance, c'est à dire qu'un vendredi ils ont appelés mes proches afin qu'ils viennent me dire adieu car malgré les soins que j'avais reçu il n'y avait guère d'espoir. Et puis un sursaut, un miracle, je suis revenu à la vie......avec bien sur tous les séquelles que j'ai cité plus haut.

Je sais et suis conscient aujourd’hui c'est une abstinence totale qui me permettra de ne pas rechuter, car comme l'ont dis plusieurs témoins nous ne somme jamais guéris de cette maladie, vigilance est le mot qui convient parfaitement à notre pathologie. 

Je souhaite à tous ceux qui souffrent de ce mal tout le courage qui leur est indispensable pour vivre. 

Amicalement,

avatar
le 25/03/2018

même si j'aime boire de l’alcool je ne me reconnais pas comme étant alcoolique puisque je peux m'arrêter de le faire !

par contre mon expérience à l'alcool est que j'ai vécu avec un compagnon alcoolique, qui aujourd'hui est décédé,

le pire c'est que mon fils après avoir été héroïnomane c'est tourné vers alcool qui a eu gain de cause puisqu'il en est décédé et c'est la pire des choses pour une mère d'avoir eu des manquement pour lui venir en aide !

je ne peux continuer mon témoignage cela ma fait encore mal d'en parler malgré que son décès date d'il y 10 ans....

avatar
le 15/04/2018

@pseudo-masqué‍  ou Laurence ben oui je me souviens de vos commentaires de soutien à mon égard.

J'ai enfin lu votre témoignage et tous les commentaires. Je me retrouve da

avatar
le 15/04/2018

Je me retrouve dans bcp de choses qui y sont dites. Trop long à expliquer...

Ce que je voulais dire c'est l'expèrience et surtout vos abstinences très longues. Perso je n'ai que 38 ans et déja malheureusement un si lourd vécu d'alcoolisme et je pense etre passée par presque toutes les étapes. Je suis vraiment prète à en parler à qui veut bien evidemment.

Ah oui dans mon profil j'ai dis bcp de choses... merci de lire et toutes vos questions je les attends car j'ai besoin de parler.

Je suis revenue ici pour cela l'echange et le soutien sans jugement devrait m'aider. En tout cas j'essaies tout ! et c'est très dure

Je ne sais plus quoi dire tellement justement par où commencer!!! 

J'attends vos messages avec impatience. Je peux aussi aider et en plus ca m'aidera aussi moi et me fera plaisir

avatar
le 15/04/2018

Alinou91 Je crois que chacun trouve son moyen de se sortir de la maladie alcoolique.

J'ai été abstinente une fos durant 9 mois et puis j'ai rechuté. Je pense que les rechutes font partie de l'abstience à long terme.

Il ne faut pas s'en vouloir, les malades alcooliques sont des gens trop gentils, trop TOUT!

Je le redis les 3 conditions pour s'en sortir vraiment c'est d'abord de se reconnaitre malade acoolique ( les gens qui se " cuitent" tous les weeks ends sont des malades alcooliques

Trouver un groupe de malades alcooliques ( A.A , Vie libre etc), s'imprégrer de ce qui est dit pendant les rencontres et un travail souterrain se fait en nous.

Et puis lorque le travail sur nous mêmes a abouti, comme une espce de miracle, une perche se tend à nouus et il faut s'y aggriper de tutes ses forces et ne plus la lâcher.

Au début de ll'abtinence, la vraie, je faisais comme beaucoup: jamais ne n'aurais mangé de coq au vin par exemple.

Là, ça fait 15 ans que je n'ai pas bu et ça ne m'empêche pas de manger de la glace au rhum par exemple...

Il est vrai qu'il faut être patient maais ne jamais lâcher l'affaire: je ne veux plus boire d'alcool et j'y arriverait.

Posez moi des questions si vous voulez, j'y répondrai avec plaisir!

avatar
le 19/04/2018

Bonjour à tous,

j’ai rendez vous au CSAPA demain. Je commence a trop boire, tous les jours 3 ou 4 verres, et surtout je ne peux pas arrêter de mon propre chef même 2 jours. Donc je suis dépendante et ça me fait peur. J’ai arrêté par force pendant des périodes d’hospitalisation ou de cure pour maigrir , sans symptômes de manque, juste une frustration mais je reprends tout de suite. Mon problème, c’est que je souffre d’une dépression chronique résistante à tous les traitements (j’ai été suivie et soignée par des psychiatres spécialistes de la maladie,y compris à Sté ANNE à Paris, CHU très en pointe ). Bien manger et bien boire font partie des rares choses où je trouve du plaisir , donc pas moyen de trouver des substituts. Certains d’entre vous ont ils été soignés par des médicaments ? Leur efficacité semble moyenne. 

Merci et bonne journée !

avatar
le 14/06/2018

@ledalle Bravo moi je ne buvais pas mais autour de moi j'ai vue beaucoup d'alcooliques  qui eux ont voulus leur situation car ils n'ont jamais voulus faire des traitements adéquates  et certains je vais leur rendre visite mais au cimetière car OUI l'alcool est un fléau qui n'est pas asse diffusé par rapport au SIDA car les alcooliques sont des gens très Malheureux je vous félicite Cordialement 

avatar
le 18/06/2018

Bonjour je ne suis pas alcoolique mais j ai du accompagner et me battre avec l alcoolisme de mon mari que j ai découvert tardivement et auquel je ne voulais pas croire : pas ça non pas ça  d autant plus qu un 14 juillet il avait été violent, jai cru que c etait le dernier jour du reste de ma vie .... lui qui avait ete mon sauveur à 18 ans.... je savais au fond de moi que ce serait un combat difficile et à vie, nous avons 57 ans... il a été sous baclofène et ça n'a pas marché  au début(après oui je tiens à le dire mais sans boire une seule goutte) car le médecin lui avait dit qu il pouvait continuer à boire avec modération....il ne pensait pas qu il était aussi additict. Alors avec mes filles après un réveillon où le soir là  à 21 h il n était déjà  plus parmi nous mais tout seul avec lui même dans sa maladie, mes filles l ont pris à part en lui disant plus jamais ça,  ce fut pour lui un électrochoc que ses filles lui disent cela et  depuis le 1er janvier 2015 il est abstinent, j'ai pu retrouvé l amour de ma vie!!! Aujourd'hui j ai confiance en lui malheureusement nous nous battons désormais avec l alcoolisme de notre aînée que nous venons de découvrir et en plus son mari est dans la même galère, nous sommes mon mari et moi même abasourdis, ils ont une petite  fille de 2 ans  adorable je veux la protéger mais nous habitons à 1200 km. Ma fille a pris conscience toute seule de son problème  et fait tout pour se soigner, quant à mon gendre il est dans un désespoir total et à du mal à se prendre en charge j ai peur pour lui il a déjà tenté au moins par 2 fois de se suicider par le passé, sà vie a ete un combat, père décédé a 2 ans, fa mille d acceuil eTC. ... Desolée mon message est un peu long mais ça fait du bien de se confier

avatar
le 28/06/2018

 bonjour je malade alcoolique abstinent fepuis 30 ans j'ai fait une cure aux chp guilaume renier en 1988 le seul moyen de reussir est de faire cette demarche pour soit en se foutant des autres et ce qui ma enormement aide ces la confience de mes parents je vous rejoint sur le fait que l'ont est alcoolique a vie bon courage a ceux et celles qui lutte contre ce fleau merci

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 198 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & confidentiel