Comment combattre le cancer du sein
Cancer du sein

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg

Ne négligez pas la mammographie de contrôle

Voici le témoignage de Mireille, 53 ans, membre de Carenity, s'est vu retirer une tumeur. A travers son histoire et ses expériences, découvrez comment elle a su traverser cette épreuve avec le soutien de ses proches et de son équipe médicale. 

Bonjour, pouvez-vous présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Mireille, j'ai 53 ans, je suis mariée et j'ai trois enfants. 

Quand et comment avez-vous été diagnostiquée ?

Fin fevrier 2016, je me décide enfin à realiser cette mammographie de contrôle, la dernière datant de cinq ans. J'ai reçu une dexuxième invitation pour le dépistage du cancer du sein et je prends cela pour un signe. Ma meilleure amie m'accompagne, nous avons decidé de passer la journée ensemble après cet examen de routine. Les clichés terminés, on me demande de patienter encore deux minutes car il faut refaire un cliché du sein gauche. Première inquiétude.

Le médecin confirme mon inquiétude : il y a une lésion dans mon sein gauche, il n'aime pas son aspect mais me dit de ne pas m'inquiéter car il y neuf chances sur dix pour que ce soit bénin. Deuxième inquietude. Il prend immédiatement un rendez-vous pour une IRM car "il faut retirer".

2 mars, mon mari m'accompagne à l'IRM. On ne veut pas croire au pire mais on s'y prépare. L'IRM réalisée, le médecin me rencontre et tient les mêmes propos que le précédent : il y a bien une lésion, "il faut retirer", après une biopsie bien sûr. Il se veut rassurant mais en vain, j'ai compris. Le mot cancer n'a encore jamais été prononcé. Je rejoins mon mari qui tente de me rassurer à son tour, mais il est tout autant dépité que moi.

Le rendez-vous est pris chez ma gynécologue où je me rends avec mon mari et j'entends encore : "il faut retirer". La biopsie est programmée le lendemain, mon mari est présent. J'aurai les résultats huit jours plus tard car le médecin prend ses congés et elle tient à m'annoncer elle-même le verdict car "il faut retirer".

Le jour J, nous allons entendre ce que nous ne voulions pas entendre. Le mot cancer est lâché. Le monde s'écroule pour la deuxième fois car deux mois auparavant on m'a diagnostiqué une sclérose en plaques. Mon corps s'effondre, je n'y suis plus.  

Que se passe-t-il après le diagnostic ? 

Le médecin me rassure : tout va bien se passer, je dois être forte, j'aurai la meilleure des prises en charge et du monde autour de moi pour m'épauler. D'ailleurs, elle a déjà organisé la suite de mon parcours et le chirurgien, qui a déjà pris connaissance de mon dossier médical, m'attend pour le 29 mars. Tout va très vite. Il faut l'annoncer aux enfants et aux proches. Je recois beaucoup de soutien. Dans l'attente de la rencontre avec le chirurgien, je ne suis que l'ombre de moi-même, je n'y suis pour personne.

Ce 29 mars, toujours avec mon mari, j'ai rencontré Dieu, ce chirurgien formidable qui a réussi à nous rassurer, nous redonner confiance, nous faire rire et positiver. Tout était clair et net sur la procédure. Nous choisissons ensemble la date de l'opération qui sera une tumorectomie en ambulatoire pour le 14 avril, car il y a une batterie d'examens pré-opératoires qui se sont tous révélés rassurants. 

L'opération se passe bien, le premier ganglion retiré est sain, on n'en retire pas d'autres. Le corps médical à été formidable, j'en garde un "bon souvenir". Ont suivi les soins à domicile par des infirmières tout aussi formidables. Puis le premier contrôle avec les résultats de l'analyse de la tumeur, tout est parfait, je n'aurais pas de chimio mais trente-trois séances de radiothérapie suivies d'une hormonothérapie

De quelle façon le cancer du sein a-t-il changé votre vie ?

Ma vie a changé, certes, mais l'important c'est que je m'en suis bien sortie grâce à des personnes formidables qui m'ont suivie dans mon parcours et un entourage hyper présent à mes côtés. Je vois la vie différemment car je sais que je suis passée à côté du pire et je pense à toutes ces femmes qui se battent plus fort que moi.

 

Quel est votre suivi aujourd'hui ? 

Aujourd'hui, je vais bien. Je suis suivie par ma gynécologue tous les six mois et par le radiothérapeute une fois par an, mais il me reçoit sans problème à chaque inquiétude. 
La première mammographie de contrôle un an apres l'opération a été réalisée dans une grande angoisse - comme celles qui suivront - mais tout est parfait, le crabe n'est pas revenu. La maladie est derrière moi.

Avez-vous un message qui tient à coeur à transmettre ?

A toute les femmes : ne négligez pas cet examen de routine qu'est la mammographie, cela peut limiter considérablement les dégâts.

Commentaires

S'inscrire pour commenter ce témoignage
le 08/10/2017

Je suis un marabout mandingue nommé Alpha SHANKIKI qui possède une très bonne réputation à travers les continents. Je suis une personne honnête qui offre ses services dans plusieurs domaines :

- Mystique ; richesse ,Amour , Résolution de conflits , délivrance , chance , Guérison de maladies etc ...

Beaucoup de gens continuent de ne pas croire en la magie noire et le pouvoir du mystique . Mais tout ceci existe bel et bien en Afrique et est très efficace.

Mes services peuvent être soient à distance , ou pour ceux capables de se déplacer dans ma région.
Tout effet a une cause -> Toute cause a une solution. par ses résultats, il a aquis une réputation mondiale - Pas de déception - résultats 100% garantis Il possède des dons surnaturels, maitrise une force spirituelle exceptionnelle Il résout tous les problèmes une fois pour toute, même les cas les plus désespérés : retour de l'être aimé - etc.......
Je ne suis en aucun cas de ces truands que l'on retrouve sur internet. Le maraboutisme est mon gagne pain et il en va de ma réputation. On peut me faire confiance .
alphashankiki.onlc.fr

Merci et au plaisir de travailler avec vous +229 67574723 appel et whatsapp disponible

le 09/10/2017

bonjour