/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg?1516194360

BPCO : comment accepter le handicap de l'oxygène ?

Découvrez le témoignage de Maria [@mamauv] touchée par la BPCO. Ancienne comptable en invalidité depuis mai 2016 et à la retraite en octobre de cette année, Maria reste active. Elle pratique le qi-gong depuis 2003 et l'a même enseigné entre 2009 et 2016. Elle adore également faire du vélo (électrique depuis deux ans) et aller à la piscine pour se détendre. 

De combien de temps souffrez-vous d'une BPCO ? 

Je suis diagnostiquée BPCO depuis septembre 2003, suite à une décompensation et une hospitalisation de cinq jours.

Fumiez-vous ? Ou étiez-vous exposé à une pollution particulière ou un autre facteur environnemental ?

Je fumais à l'époque un paquet et demi de cigarettes par jour, j'ai arrêté le jour de mon hospitalisation et n'ai jamais retouché une cigarette et ce, sans aucune aide. C'était dur mais j'ai eu très peur.

De quelle façon la maladie a-t-elle altéré votre qualité de vie ?

A cette époque il n'y a eu aucun impact sur mes proches, ni au niveau professionnel. J'étais, je m'en suis aperçue après, mal suivie... Une visite tous les ans chez le pneumo avec une radio et un EFR, état stable à l'année prochaine. Je me plaignais souvent de mon essoufflement sans résultat, jusqu'en 2013.

Comment en êtes-vous arrivée au stade de l'oxygène ? 

En 2013, j'ai reçu un coup de massue sur la tête, mon pneumo m'a proposé un séjour en réhabilitation j'étais très fatiguée, j'ai accepté et au test d'efforts on m'a annoncé que j'avais besoin d'oxygène. Ma surprise à été entière et j'ai eu beaucoup de mal à l'accepter.

Ma première réhabilitation s'est plutôt bien passée, j'avais juste de l'oxygène au vélo, donc à l'effort, on m'a découvert un FOP qui pouvait en partie expliquer l'essoufflement anormal par rapport à mon taux de BPCO. Je suis sortie, j'ai repris le travail normalement (entrée en mi-avril,  sortie fin mai) sans oxygène.

En septembre après un changement de pneumo, on m'a proposé un séjour à Bichat pour des examens complémentaires, rien de plus n'a été découvert, à par peut-etre des micro-emboles.
A partir de là, j'ai refait des réhabilitations tous les ans je viens de terminer ma septième.

Avez-vous restreint vos activités extérieures et vos passions à cause de l'oxyègne ? 

Petit à petit, j'ai apprivoisé l'oxygène, sauf que maintenant c'est 18 heures sur 24 au moins, dans les bons jours. Je ne sortais pas avec avant, le regard des autres me gênait, mais j'aime tellement sortir que petit à petit et avec l'aide de mon nouveau pneumologue, j'y suis arrivée.

Je m'autorise toutes mes envies avec parfois des désillusions, je fais moins vite, moins fort, mais rien ne m'arrête. Je suis même montée au sommet du Pilat (avec oxygène bien sûr) tout le monde me regardait mais tant pis j'étais trop contente. Je fais des sorties vélo de 40 km (avec l'électrique), je fais mon ménage et beaucoup de patisserie (mon autre passion).

Quelle sensation vous procure l'oxygène ?

L'oxygène ne me procure aucune sensation, inodore et indolore. Juste le poids du portable en plus et la restriction de temps à l'extérieur - le pire pour moi - je cherche toujours des solutions.

Quel a été l'impact de la maladie au niveau professionnel et social ?

Je me suis faite licenciée, en arrêt maladie. Même si c'est grossier et que mon ex-employeur a perdu aux Prud'hommes, le fait est que j'ai ressenti, à ce moment-là, du rejet pour la maladie.

Au niveau personnel, mon mari m'aide bien. Parfois, il m'énerve en voulant faire à ma place, mais c'est un excès de gentillesse. Certains "amis" m'ont tourné le dos, mais tant pis je m'en suis fait d'autres plus sincères.

Comment accepte-t-on le handicap qu'impose une vie sous oxygène ? Y'a-t-il des moments difficiles ?

J'ai accepté mon handicap et ma vie sous oxygène, mais les moments de désappointements me gâchent parfois mes journées. Comment ? Eh bien, à la longue parce que je me suis un jour levée en me disant que ce n'était pas ce fil au nez - et non à la patte - qui allait me gêner. J'ai trouvé un ami que je peux joindre quand je veux, il est mon meilleur soutien et les bons copains sont là aussi. Le problème, c'est que je ne dis rien, j'attends toujours que les autres voient que je suis mal ou pas d'ailleurs.

Comment décririez-vous votre quotidien sous oxygène ? 

Le même qu'avant. Peut-etre même une vie plus équilibrée. Le hic c'est la recherche du truc pour sortir plus longtemps sans souci. C'est ce qui me tracasse le plus et aussi... que mon oxymètre fonctionne bien, je plaisante !

Avez-vous un message à transmettre aux personnes dans la même situation que vous ?

Ne lâchez rien ! Ne permettez jamais à personne médecins, famille ou amis, de faire des choix à votre place, c'est vous qui choisissez votre vie.
 
Je souhaite aussi remercier tous les miens qui m'aident et m'aiment, ainsi que mes pneumo et cardio si gentils et professionnels avec moi. Eux aussi comptent beaucoup dans ma nouvelle vie car je peux tout leur dire.

avatar
le 23/04/2018

Merci @mamauv‍ pour vos mots ! 

avatar
le 23/04/2018

Merci à vous de publier

avatar
le 23/04/2018

bonsoir mamauv,bravo a vous et quel courage.je suis dans la meme situation et c'est la catastrophe.bonne soiree.

avatar
le 23/04/2018

@mamauv ledalle

tu est vraiment super maria , ton témoignage est important pour ceux qui comme moi se pose la question( comment je ferais quand j'aurais l’oxygène)  une peur  d y arriver et penser que la vie  ,les activités en solo sont  foutus  ,  la peur de tomber en panne de o2, de plus pouvoir  se montrer  bref ,tu nous a bien fais comprendre que la vie s’arrente pas la et merci de  nous donner du courage a nous battre comme tu sais si bien le faire

énorme bisous a toi Maria

bisous Dan

avatar
le 23/04/2018

arrete @ledalle‍ c'est trop gentil, c'est vrai j'ai galéré, j'ai même depuis le temps oublié certaines choses. Et mon pneumo me disait la dernière fois que je l'ai vu que lui se rappelait comment j'étais et ce que je lui disais aussi. J'étais difficile mais avec le temps c'est bien mieux.

A l'époque j'ai trouvé une personne qui m'a aidé par téléphone et je lui en c'est gréé il m'a donné de son temps et ça c'est le plus beau cadeau qu'on peut faire à quelqu'un, le temps car on ne peut pas le reprendre.

Il faut s'entourer des bonnes personnes, les bons soutiens sont rares mais précieux Daniel tu le sais très bien.

Bises

PS : soignes toi bien

avatar
le 23/04/2018

@floriane 65‍ , courage FLoriane il faut laisser le temps au temps. Au début je ne sortais que peu et toujours dans des endroits ou je ne connaissais personne. Petit à petit j'y suis arrivée et maintenant je casse les pieds à mon fournisseur d'oxygène pour pouvoir avoir un peu plus de liberté.

bonne soirée Floriane 

avatar
le 25/04/2018

bonjour  quelle beaux message de soutient  et d'encouragement .

je suis BPCO  depuis  2001 MAIS SOUS OXYGÈNE DEPUIS 2009 MAIS UNIQUEMENT LA NUIT  TRÈS TRÈS ESSOUFFLÉE ? MAIS JE M'EFFORCE  DE TOUT FAIRE  JE ME SUIS MÊME PERMIS D'ALLER DANS MA FAMILLE  EN CROATIE  BIEN SUR AVEC MON OXYGÈNE

JE M’ARRÊTE TRÈS SOUVENT A CAUSSE DE MON ESSOUFFLEMENT  ? JE FAIT DES CURE DE RÉHABILITATION TOUTE LES ANNÉE 

BONNE SOIRÉE A VOUS TOUS 

FRANCETTE 

avatar
le 25/04/2018

Hello Maria.

Très intéressante votre relation de la BPCO. J'en souffre depuis 2014 et je respire de l'Innovair quand nécessaire (2 xj. environ). Je me soigne par d'autres techniques inconnues de mon pneumo (quand été le voir en décembre après 1 an 1/2, m'a demandé ce que j'avais fait: j'allais mieux ! Le lui ai dit mais n'a pas réagi. Maintenant, je me suis mise à écouter le Docteur Mohammed HADDAD, très intéressant. Tout étant vibrations, il soigne avec des Fractals, des CEF, et surtout l'HFC (sons et vibrations par téléphone avec code). J'ai commencé il y a environ 10 jours mais il faut un mois pour voir effet certain. Je porte deux CEF dans mes poches toute la journée contre maladies poumons (entre autres). J'y crois et je crois même que je vais en guérir vraiment, de cette BPCO. Un peu de patience encore et je vous dirai le résultat dans disons un bon mois.

Tout cela coûte assez cher mais la santé n'ayant pas de prix.

Si cela vous intéresse, vous cliquez sur hfc@labofractal.net pour avoir les renseignements. Et sur CEF tout simplement pour les CEF.

Courage et confiance.

Je vous embrasse.

avatar
le 29/04/2018

@murcia bonjour peux tu me dire ce que sont les CEF

avatar
le 29/04/2018

Je recopie textuellement: "C'est une invention révolutionnaire du scientifique russe Sergueï KOLTSOV... etc. Ce sont de petits appareils à ondes scalaires qui sont émises par une petite plaque magnétique, appelée Correcteur d'Etat Fonctionnel (CEF) ou plaque de Koltsov.

Tu cliques sur "CEF" tout simplement tu verras plaques de Koltsov etc.et tu auras toutes les explications,meilleures que les miennes. Ce sont de petites plaques de disons 12 cm/6 cm. Ils sont en photos sur le site.

C'est léger comme une plume. Il en existe environ 60 pour tous les maux, on pourrait se soigner uniquement avec eux et jeter l'allopathie aux orties. Mais il faut demander conseil sur le site, ils sont extrêmement gentils.

J'espère t'être venue en aide.

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 164 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & anonyme