Ce qui change après un AVC
Accident vasculaire cérébral

picture testimonial
/static/themes-v3/default/images/default/opinion/temoignage/intro.jpg?1516194360

J’essaye d’être fier du chemin parcouru

Découvrez l’histoire de Gino, âgé de 68 ans, membre Carenity, touché par un AVC.

1 - Bonjour Gino, pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?
Bonjour à toutes et à tous, j’ai maintenant 68 ans et je n’ai jamais eu de problème de santé quelconque. Ceci, bien que j’ai fumé dès l’âge de 17 ans et ne rechignais pas à boire de l’alcool et que mes journées de travail atteignaient fréquemment 10 ou 12 heures (profession libérale oblige). Mes hobbies sont le sport et les vacances : trekking en Himalaya, plongée sous-marine, gros travaux de maçonnerie, etc. J’estime avoir été victime d’un accident non mérité car, 2 jours avant mon A.V.C., le médecin du sport qui me suivait trouvait que j’avais un cœur de jeune homme mais me demanda pour une seule question d’âge, de voir un spécialiste pour un test d’effort. Les résultats reçus confirmèrent ceux du médecin du sport. Je précise que je n’avais pas plongé depuis 1 an lors de ce dernier examen.

2 - Avant de faire votre AVC (Accident Vasculaire Cérébral), vous êtes-vous rendu compte que quelque chose n'allait pas ?
Je ne me suis rendu compte de rien avant mon A.V.C. Mes visites annuelles tant à mon médecin du sport qu’à mon dentiste n’étaient que des précautions devenues une pure routine.

3 - Lors de votre AVC, dans quel contexte étiez-vous ?
Mon A.V.C. survint, je pense, durant la nuit alors que venais d’arriver, après un voyage non éprouvant de 2 jours en voiture à ma destination de vacances au Portugal. Nous étions plusieurs conducteurs. Je n’étais donc absolument pas fatigué et j’avais passé une bonne nuit de sommeil. J’ai passé la nuit en question avec ma compagne qui m’a dit ensuite ne rien avoir remarqué d’anormal non plus. Les seules manifestations de la survenance d’un A.V.C. furent qu’à mon réveil, après avoir pris ma douche de façon normale, j’éprouvais une légère difficulté en me rasant, à lever le bras droit plus haut que mon oreille. Lors du petit déjeuner qui suivi j’ai laissé tomber mes couverts de façon inexplicable. Je pensais à une simple maladresse due à une mauvaise position de mon bras durant la nuit dernière. Etant également assez fatigué (chose inhabituelle pour moi), je décidais de ne pas accompagner mes amis en randonnée mais de les attendre sur place pour me reposer. Mon état ne s’améliora pas durant les deux jours suivant durant lesquels je participais avec eux à diverses randonnées. Mon état restant stationnaire, j’acceptais alors le conseil de mes amis d’aller consulter auprès de l’hôpital le plus proche à Bragansa (situé à 40 Km).

4 - Comment s'est déroulée la prise en charge ?
Dans un premier temps, on a pris ma tension artérielle. Elle se révéla très supérieure à la normale (8,5 / 12,5 chez moi). Il m’a été prescrit un traitement pour ramener ma tension à un niveau plus normal. La prise en charge ayant eu lieu un dimanche soir, j’ai sillonné la ville que je ne connaissais pas à la recherche d’un pharmacien ouvert que j’ai fini par trouver pour prendre le médicament prescrit. Ma visite à l’hôpital et la prescription de médicament ont toutefois eu lieu 3 jours après la survenance de l’A.V.C. Je décidais donc de revenir sur Paris, non en avion (grâce aux savoirs acquis durant ma formation "plongée") mais en train à partir de Biarritz ou mes amis nous ramenèrent ma compagne et moi. De retour à Paris, je me précipitais à l’hôpital ou j’eus quelques difficultés pour mon admission (tous mes documents d’identités et portefeuille m’ayant été dérobés durant mon voyage ferroviaire).

5 - Comment avez-vous vécu l'annonce de votre AVC ?
Après une semaine d’hospitalisation j'ai pu enfin avoir accès à un I.R.M. lequel révéla non pas un seul A.V.C. mais également un premier, beaucoup plus ancien et dont je n’ai eu nul souvenir ni séquelle. Il me fut alors précisé que le scanner effectué au Portugal à ma demande et s’étant révélé négatif ne pouvait matériellement dévoiler quoi que ce soit….C’est donc seulement après mon retour à Paris que j’ai eu connaissance de la pathologie dont j’avais été victime. Cette nouvelle fut d’autant plus cruelle qu’avant de partir au Portugal j’avais rompu avec celle avec qui j’avais vécu 18 ans et me retrouvais donc seul alors que j’aurais eu besoin d’aide, ceci tant matériellement que psychologiquement.

6 - Avez-vous modifié vos habitudes de vie ?
Mes habitudes de vie furent effectivement changées : dès que j’appris la nature de mon affection, mon séjour hospitalier en service de neurologie et l’état des patients que je croisais m’ôta toute envie de fumer. Point qu’encore aujourd’hui j’applique sans aucun effort. J’ai, après une ou deux tentatives, dû arrêter également la nage avec palmes. Moi qui faisais régulièrement 2000 mètres par semaine j’ai voulu re-nager à l’identique (j’adore l’eau, même sans pastis) mais je mettais, à chaque fois, 3 ou 4 jours à m’en remettre. 

Je m’occupe moi-même de mon intérieur mais j'ai dû aussi cesser de fabriquer mon mobilier, ceci par manque de goût et surtout à cause de la fatigue. Depuis 1 an, mes parents sont partis en maison de retraite dans leur village d’origine et j’ai passé des mois à régler à distance les diverses démarches administratives qui m’ont incombées (en tant que fils unique et famille latine !). Cet aspect semble toutefois à présent réglé.

7 - Quelles sont vos astuces au quotidien pour mieux vivre ?
Moralement, j’essaye d’être fier du chemin parcouru depuis mes origines (très modestes) et malgré une vie de travail acharné. 

J'aime bien acheter des biens matériels comme une voiture ou un appartement par exemple. 

Au-delà de ces points, l’aspect moral qui m’importe le plus est de pouvoir justifier mon existence par ce que je peux apporter aux autres. Ma demande spontanée de témoignage auprès de Carenity me semble confirmer cela.

Physiquement, je tente d’effectuer au moins une tâche chaque jour (courses, ménage, rangement, tri, etc). Une fois la tâche réalisée, je suis content d’avoir atteint le but fixé et d’avoir réalisé quelque chose de positif.

8 - Quel(s) message(s) pourriez-vous transmettre à nos lecteurs ?
Chacun de nous a ses côtés positifs qui lui serviront à passer les obstacles rencontrés. Comme avec un levier, chacun peut trouver en lui l’élément suffisamment solide pour être un point d’appui qui lui permettra de multiplier les effets de son effort, que ce soit pour des aspects physiques ou moraux, lesquels vont d’ailleurs souvent de pair. 

Par exemple le fait de partager mon expérience - ce que je ne pensais pas forcément faire un jour - m’a permis de voir beaucoup plus clair en moi et, par ce biais, d’avoir une chance d’affronter différemment ma pathologie.

_

avatar
le 08/12/2017

bravo je travaille dans une clinique , certain helas succombe et d'autre ouf s'en sorte

avatar
le 13/12/2017

bravo quel courage moi lilou martine je n est qu un cancer  suite au prochain examen mais c cest lilou martine qui assume les pieds bien sur terre limousine bio et zen 

avatar
le 13/12/2017

bonne nuit et vive la neige pour demain un peu de beaute dans se monde un petit plaisir fait du bien allez courage 

avatar
le 29/03/2018

Hello Gino,

Ton témoignage m'a beaucoup ému et sache que tu peux être très fier de toi et de ton parcours de vie qui est merveilleux...Je suis une jeune fille de 32 ans qui a, comme toi, affronter un grave AVC à l'âge de 21 ans...Mon diagnostic a été, comme toi, posé une semaine après avoir fait cet AVC et le psychologique en prend un coup...surtout au début de l'âge adulte où tous nos projets sont retardés.  Je voulais juste dire que malgré nos parcours nous sommes toujours là, nous avons effectuer une belle remonter, la vie a voulu nous mettre plus bas mais nous sommes des battants et nous pouvons être fière de cela...Crois-moi...Si tu as envie de discuter, partager, n'hésite pas...Bien à toi et surtout PREND SOIN DE TOI

avatar
le 29/03/2018

Bonsoir et très beaux témoignages a tous moi aussi j'ai fais deux AVC en novembre et décembre 2013 depuis suivi régulièrement avec l'hôpital +mon médecin traitant tous les mois j'ai 59 ans et vie avec ma dernière fille de 14 et demi .Aussi j'ai fait 3 chocs émotionnelle et depuis j'ai décidé de prendre le bracelet téléassistance pour être en sécurité .Je ne fume pas ,boit pas et ne conduit pas je dis a tous bon courage et meilleure santé 

avatar
le 06/04/2018

Bonsoir, moi j'ai mon papa âgé de 83 ans à fais un Avc il y a 3 semaines il paralysé de la moitié de son corps côté gauche je voudrais si il y a espoir de remarcher très vite car il est courageux j'ai mal de le voir comme ça, si on peut me rassurer merci. 

avatar
le 12/06/2018

bjr Sarah si ça ne fait que 3 mois il peut s'il veut faire de la rééducation le plus vite possible pour récupérer car plus on attend plus c'est difficile!! j'en ai fait un à 49ans ms mal pris en soin et pa de rééducation un peu après 6mois trop tard ms j'ai réussi à remarcher un peu!! ms vite en fauteuil car les kinés à l'époque ne connaissaient pas ça  je ss mal tombée donc là j'ai perdu ma petite autonomie suite à des pb cardiaques et hyper tension, malvoyante suite à l'avc!! ... etc... et psychologique faut dire q l'on m'a laissée tombée personne n'est venu durant mes 6mois d'hôpital ni après!! là je ss seule encore!! l'handicap gène on me fait sentir q je ss un poids!! (plus le fauteuil pa accessible partt et pa d'argent!! )donc là moralement ce n'est plus très bien marre du fauteuil et des remarques!!ou est votre famille? ils devraient vs aider?? je ne peux pa forcer ils préfèrent leur petite vie tranquille tjrs en vacances!! q s'embêter à trimbaler une handi!! les pb d'accessibilité n'arrangent pa les choses il faut choisir ou aller et y trouver des aidants???et pouvoir les payer! et personne n'a le temps!! bien sur entre eux ils ont le temps de se voir ms pa moi je peux rester seule ds mon trou!! je pense q la présence bienveillante c'est important!! donc conclusion si vs dites q votre père est battant il peut récupérer un peu la marche!! ms le bras tt le monde dit ça non!! courage et faites vite!! 

avatar
le 12/06/2018

Bonjour Gino, bravo pour votre émouvant témoignage. Je suis une femme de 53 ans, moi aussi victime d'un AVC en 2015, j'ai bcp de mal à l'accepter d'autant plus que cet accident a mis du vide autour de moi... Votre témoignage, m'a reboosté et je vous en remercie. May1302

avatar
le 09/04/2016

C est terrible. 

Bon courage. 

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 192 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & confidentiel