Troubles bipolaires et travail

Le trouble bipolaire est une maladie chronique qui se caractérise par une perturbation de l’humeur. La forme la plus courante est une alternance d’épisodes maniaques et d’épisodes dépressifs. Entre ces deux phases, le patient retrouve une période de stabilité.

Les épisodes maniaques se manifestent par une hyperactivité, une euphorie, une irritabilité, une baisse de l’inhibition ou encore dans certains cas par des dépenses inconsidérées. L’épisode dépressif se caractérise par une humeur triste, de l’anxiété, une fatigue importante, un repli sur soi et peut également aller jusqu’à des idées suicidaires. Les deux phases s’accompagnent fréquemment de troubles du sommeil.

La durée et l’intensité des épisodes maniaques et dépressifs sont variables. Les épisodes se manifestent soit sans raison apparente, soit à la suite d’un facteur déclenchant positif ou négatif tels que le deuil, la perte d’un emploi ou encore l’obtention d’une promotion.

Ces perturbations de l’humeur peuvent avoir de graves conséquences sur le quotidien du patient et notamment sur son travail. En effet, dans les cas les plus sévères, les troubles bipolaires entraînent une cessation d’activité professionnelle. Il est donc important que le patient puisse gérer sa maladie, afin de conserver son emploi.

Le patient doit adapter son mode de vie à la maladie. Il est important d’avoir une bonne hygiène de vie, de respecter les cycles de sommeil en dormant une durée suffisante, d’éviter la consommation d’alcool et de tabac mais aussi d’avoir une alimentation équilibrée. La pratique d’une activité sportive régulière est recommandée. Enfin, dans la mesure du possible, le travail doit également être adapté à la condition du patient.

Adaptation de l’activité professionnelle à la maladie

Chez certains patients le travail peut être un des facteurs responsables de la maladie. Tout d’abord, le travail peut être une source de stress, parfois responsable des troubles de l’humeur observés. De plus, un mode de vie déséquilibré et le travail de nuit (responsable de dérèglement du rythme de sommeil), peuvent être à l’origine de la maladie.

Le médecin du travail va jouer un rôle important dans la prise en charge de la maladie en milieu professionnel. De nombreux patients bipolaires travaillent normalement. Cependant, il est parfois nécessaire d’adapter le poste de travail. Afin de faciliter le maintien d’une activité professionnelle, il est préférable d’éviter les situations de stress, si possible de réduire les heures de travail et enfin d’éviter le travail de nuit. Dans certains cas, le reclassement professionnel est nécessaire.

Le patient bipolaire peut faire une demande dans une Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), afin d’obtenir la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH). Cela peut notamment lui donner une priorité d’accès à certaines formations. La MDPH attribue également l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) pour les patients ayant un taux d’incapacité de 80 % ou compris entre 50 et 79 % associé à une restriction d'accès à un emploi à cause de son handicap.

Enfin, le patient peut bénéficier d’un mi-temps thérapeutique afin de lui permettre une reprise progressive de son activité professionnelle après une période d’arrêt.

Ce sujet vous intéresse ? N’hésitez pas à rejoindre la communauté troubles bipolaires sur Carenity afin d’échanger vos expériences avec d’autres patients.

Article rédigé par Antoine SCHUSTER, Pharmacien chez Carenity

Sources : Haute Autorité de Santé (HAS), mdph.fr

dernière modification le 24/09/2012 à 17:41

Vous avez trouvé cette page utile ? Faites-le savoir :

Faites nous part de vos suggestions